L'ectoplasme société civile

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Finalement, LA " société civile ", c’est comme LE citoyen, cela n’existe pas. Cela n’empêche qu’il existe bel et bien des associations interagissant dans la société comme il y a des citoyens actifs, réfléchissant à la société qui les entoure.

La société dite civile n’est pas à opposer aux représentants que le citoyen s’est choisi démocratiquement. D’ailleurs, ce représentant (ou député au sens étymologique) jouit d’une légitimité démocratique dont ne dispose pas le représentant issu de la " société civile ". Ce dernier ne représente qu’une association qui n’est pas issue du choix de l’ensemble des citoyens mais d’une infime partie de ceux-ci.

Confusion

En voulant ouvrir le débat politique, ECOLO ne discrédite-t-il pas finalement celui-ci, en estimant que les tout frais élus ne représentent pas suffisamment ceux qui viennent de les choisir pour ce faire ?

PS et ECOLO sont fâchés avec les chiffres. A deux, ils ne disposent pas d’une majorité parlementaire susceptible de soutenir la création d’un gouvernement en Wallonie et à la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le PS a dit tout le bien d’une coalition soutenue de l’extérieure par des communistes. En vain. ECOLO tente le coup de la " société civile " qui ne dispose d’aucun élu.

On notera que ce que les uns et les autres estiment souhaitable pour la Wallonie, il n’en fut pratiquement pas question à Bruxelles ! Ainsi, la " société civile " bruxelloise est priée de rester chez elle.

Ecran de fumée

Jean-Marc Nollet entend faire appel à la " société civile " wallonne. Laquelle ? Mystère… On imagine toutefois mal qu’il entend installer un représentant du Forum Nucléaire à l’Energie.

De plus, ce ministre sera là pour mettre en œuvre une politique avalisée par socialistes et écologistes et à la tête d’un cabinet où l’on retrouvera immanquablement des chefs ou attachés amenés/adoubés par un parti politique. C’est un leurre.

De plus, chaque élu est lui-même issu de la société, représente par son parcours antérieur, une partie de celle-ci. Peut-être devrait-on imaginer de limiter le nombre de mandats : Elio Di Rupo est dans la politique depuis près de 40 ans, Jean-Marc Nollet pratiquement depuis qu’il est sorti de l’université.

Plus généralement, cette étape dans les négociations doit bétonner un texte de base qui sera soumis au MR (cdH et PTB s’étant mis hors-jeu) et sur lequel les libéraux ne pourront apporter que peu d’amendements. On verra à ce moment ce qu’il sera advenu de la société dite civile.

 

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK