"L'argent n'a pas d'odeur"

L'empereur, qui avait le sens de la formule, eut alors ce bon mot passé à la postérité : "L'argent n'a pas d'odeur". Autant dire qu'en deux mille ans cette maxime a pu s'appliquer à une série impressionnante d'autres blanchiments et trafics en tous genres.

Ce mercredi soir dans Questions à la une, vous pourrez hélas vérifier que la formule n'a pas vieilli : on sait combien le trafic de drogues est source d'enrichissement pour quantités de mafias à travers le monde, mais vous connaissez peut-être moins les rouages du trafic d'organes et vous ignorez sans doute que la Belgique est considérée par d'aucuns comme la plaque tournante du trafic d'animaux de compagnie...

Il faut avouer que l'enquête de Chloé Vienne sème le trouble. Elle nous montre des jeunes chiots élevés de manière quasi industrielle en Slovaquie, dans les conditions que l'on devine. Si vous vous y rendez, que vous parlez français et que vous voulez importer des chiots, vous serez bien accueilli dès lors que vous montrez... un passeport belge. Car, au contraire de la France, les contrôles sont très légers chez nous. Résultat : les jeunes chiots, les préférés des acheteurs, sont exportés vers la Belgique et y sont... blanchis. C'est-à-dire qu'ils deviennent belges, faux documents à l'appui, pour passer la frontière française et y inonder le marché. Mais que fait la police, vous demandez-vous ? Réponse dans ce reportage : rien ou presque. Et tant pis pour le bien-être animal, les règles sanitaires et le respect des règles. Les affaires sont les affaires et l'argent n'a pas d'odeur...

Et tant qu'à parler de trafic, évoquons-en un autre. Vous avez deux reins et on peut vivre avec un seul. Avez-vous déjà envisagé de vendre le second ? Vous n'êtes peut-être pas enclin à l'envisager mais imaginez que vous soyez dans la misère... C'est là-dessus que jouent certains trafiquants sans scrupules. Après tout, les donneurs d'organes ne comblent pas la demande dans nos hôpitaux. Pour rééquilibrer le bon vieux principe d'offre et de demande, on propose en Inde à des personnes dans la misère de donner un rein en échange de... quelques centaines d'euros ! Il sera évidemment revendu beaucoup plus cher... Vous découvrirez tout cela dans notre reportage ce mercredi en suivant la quête d'un jeune homme qui tente désespérément de trouver un rein  pour sa mère en attente depuis plusieurs années d'un organe compatible et dont la santé se détériore dangereusement.

Enfin, il sera aussi question de trafic de drogue : la Belgique a été pointée par l'administration américaine comme une véritable passoire en la matière. Notre enquête a donc tenté de cerner l'état du contrôle aux frontières et... il faut bien avouer que là non plus on ne peut pas faire figure d'exemple. Bref, les trafiquants de tous bords ont, hélas, de beaux jours devant eux sur notre petite terre d'héroïsme. Après tout, pour en revenir à Vespasien, ne disait-on pas à son époque que de tous les peuples de la Gaule, les Belges étaient les plus braves ?

 

Pierre Marlet

Chef de production et d'édition de Questions à la une

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK