Kot rime avec vote

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

C’est l’histoire d’un combat politique entamé le siècle dernier par un député PSC. Alors député à la Chambre, le bourgmestre d’Attert, Josy Arens, dépose et redépose des propositions de loi, des résolutions visant à déduire fiscalement pour les familles les loyers de leurs enfants étudiants. La mesure se veut sociale, ne devrait pas coûter très cher au budget mais la proposition se heurte à l’indifférence, essentiellement des partis flamands. Et comme le PSC ne pèse pas bien lourd…

Persévérance

Mais Josy Arens est un homme têtu et quand la mort dans l’âme il doit laisser son fauteuil fédéral à Benoît Lutgen pour devenir député wallon, il poursuit son combat. Mais la Wallonie ne dispose pas des mêmes leviers fiscaux que le fédéral. Le cdH doit ronger son frein jusqu’au changement de majorité. L’arrivée du MR à la place du PS permet au démocrates-humanistes de remettre le sujet dans la nouvelle déclaration de politique régionale et de le faire savoir dans tout le Luxembourg. Benoît Lutgen a négocié la chose, le futur candidat marchois Willy Borsus ne peut qu’y être favorable. La déclaration parle alors déduction fiscale forfaitaire, un groupe de travail est mis sur pied mais il apparaît assez vite que la Wallonie ne dispose des moyens institutionnels pour réaliser ce genre d’opération.

Elections en vue

La nouvelle majorité wallonne MR-cdH entend présenter le bilan le plus large possible de sa courte existence (18 mois effectifs) et monte à la hâte une aide aux " kotteurs " et ce qui apparaît comme une intention plus que louable est en train de tourner à la fausse bonne idée.

La décision a été prise sans concertation avec les milieux de l’enseignement supérieur, compétence de la Communauté Française (appellation officielle) où siège… le cdH ou avec le Gouvernement bruxellois où siège le cdH (bis).

Après quelques atermoiements, on se rend compte que la mesure ne vaut que pour les Wallons qui étudient en Wallonie ! Et que le calcul se base sur un déplacement d’une heure minimum, en voiture ! Pas la meilleure idée en pleine contestation sur le climat.

Le gouvernement wallon crée sans concertation deux catégories d’étudiants francophones ; le cdH se divise entre Wallons et Bruxellois, régionaliste et communautariste.

Et finalement, une mesure qui se voulait généreuse se retourne contre ses initiateurs pour redevenir ce qu’elle est : une décision opportuniste mal préparée dont le but premier est de se créer un peu de publicité pré-électorale.

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK