Forest: un peu de retenue

Forest: un peu de retenue - Les coulisses du pouvoir
Forest: un peu de retenue - Les coulisses du pouvoir - © Tous droits réservés

Retour sur la communication de crise du gouvernement après les événements de Forest. Il y a du neuf. Ni Charles Michel, ni Jan Jambon interrogés hier alors que deux suspects sont encore dans la nature, n’ont voulu évoquer directement ce qui touchait de près ou de loin à l’enquête. Rien, ou presque. Un soutien moral aux policiers, de l’auto-justification à propos des décisions prises après les attentats de Paris, mais pas grand-chose de plus. C’est presque de la retenue...

Il y a d’abord la volonté d’éviter le fiasco de communication du Bruxelles Lockdown… Il y avait des contradictions entre les ministres des différents niveaux de pouvoir ça c’est une chose. Mais Charles Michel, Jan Jambon ou Koen Geens avait directement évoqué ou commenté des éléments de l’enquête quitte à être contredits par le parquet ou à le mettre en difficulté. On se souviendra de toute la polémique autour des heures de perquisitions ou sur le fait qu’un attentat à oui ou non été évité. Cela a nuit au politique, cela a aussi nuit peut-être à l’enquête…

D’abord le politique se rend compte peut-être compte qu’il à tout intérêt se tenir à bonne distance d’une enquête qui ne produit pas de résultats extraordinaires, après la fuite de Salah Abdeslam, la fuite de deux suspects à Forest, et un manque d’élément matériel, explosifs ou armes. L’autre élément c’est que les citoyens ont plus confiance dans la justice, la police ou les services de secours que dans les responsables politiques. Eviter de se mêler de l’enquête, c’est peut-être indirectement permettre aussi un plus grand sentiment de sécurité. Séparer plus clairement le rôle de chacun c’est aussi permettre à la population d’accepter plus facilement le fait de vivre quotidiennement avec la menace. Au fond, dans cette nouvelle communication de crise il y a certainement de la stratégie, du calcul, mais aussi plus de sagesse…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK