Focus: attaque du Westgate au Kenya, les Shebabs et les réseaux sociaux

Le développement des technologies en Afrique et la présence des islamistes occidentaux dans le groupe, expliquent sans doute l'apparition de Twitter dans la propagande des Shebabs. Mais depuis samedi, le réseau social Twitter, alerté par de nombreux utilisateurs, a déjà fait fermer au moins quatre de leurs comptes. Les terroristes ne se laissent pas démonter et créent un nouveau compte à chaque disparition. On a ainsi vu se succéder @HSM_PressOffice, @HSMPROffice, @@HSM_PRESS2, @HSM_PRESOFFICE2. Si l'on tente d'accéder à ces comptes aujourd'hui, voici ce que l'on trouve: 

6 images
Focus: L'attentat au Kenya, Shebab, et les réseaux sociaux © Tous droits réservés

Mais la twittosphère ne tarde jamais à annoncer l'ouverture d'un autre compte

6 images
Focus: L'attentat au Kenya, Shebab, et les réseaux sociaux © Tous droits réservés

Et voici le nouveau compte présumé. Son authenticité n'a pas encore été confirmée, mais le mode de communication semble tout à fait s'apparenter à celui des comptes précédents. A l'heure actuelle, il est toujours opérationnel, mais sa fermeture ne saurait tarder.

6 images
Focus: L'attentat au Kenya, Shebab, et les réseaux sociaux © Tous droits réservés

"A partir du moment où un compte est signalé comme intempestif ou allant à l'encontre des lois, à partir du moment où ce compte est repéré de nombreuses fois dans un court laps de temps, ça allume des "warnings" chez Twitter et ils se penchent sur le problème", explique Damien Van Achter, spécialiste Internet. "Ce compte a été suspendu, me semble-t-il, parce qu'il permettait aux terroristes de communiquer de façon totalement incontrôlée. Pour prendre un exemple mieux connu, on ne peut pas imaginer de laisser aux mains d'un groupe terroriste une chaîne de télé pour pouvoir diffuser à longueur de journée un message de propagande sur base d'une action terroriste", ajoute Michel Liégeois, professeur en Relations Internationales à l'UCL. Les Shebabs vont même jusqu'à publier sur leur dernier compte une photo de deux des Moujahiddins déambulant tranquillement dans le centre commercial, l'arme au poing.

6 images
Focus: L'attentat au Kenya, Shebab, et les réseaux sociaux © Tous droits réservés

Et les terroristes ne sont pas les seuls à tweeter dans cet attentat au #Westgate de #Nairobi: le chef de la police kenyanne communique, lui aussi, par ce canal, et indique ainsi l'avancée de ses troupes.

6 images
Focus: L'attentat au Kenya, Shebab, et les réseaux sociaux © Tous droits réservés

Aline De Volder (@Alinedev) avec Pascale Bourgaux

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK