Focus: d'où vient et où va le culte de la fesse?

Le culte de la fesse
Le culte de la fesse - © Tous droits réservés

Désormais, le sexisme sera sanctionné. La chambre a en effet adopté une proposition de loi pour renforcer la répression des discriminations. Et souvent, c'est une partie bien précise du corps de la femme qui attire les regards et l'attention : les fesses, le postérieur, le popotin, autant de surnoms qui reflètent l’intérêt pour la croupe féminine. Alors d'où vient ce culte de la fesse?

Obscènes , impures, sales, voilà comment les fesses étaient considérées au Moyen Age. Les premières toiles qui montrent des corps nus reflètent une nudité laissée aux pécheurs et perçue comme une véritable punition. Il faudra attendre la Renaissance pour que les fesses gagnent leurs lettres de noblesse. Mais attention, seuls les classes supérieures, éduquées, avaient le droit d'y poser les yeux.

La fesse rassure

Aujourd'hui, nul doute que le derrière féminin plaît, et ce, quelle que soit la génération. La fesse est sur les écrans, dans la pub, dans les clips vidéo. En résumé, elle est partout. Selon Esther Hirch, sexologue, elle pourrait avoir une fonction rassurante: "le fait de voir la femme de dos, pour certains hommes, c'est plus facile que d'être face à la femme. D'être confronté à l'image de la femme, qui pourrait peut-être les engloutir, les manger, les castrer, les déviriliser..."

Chirurgie esthétique

Mais l'idéal de la fesse n'échappe évidemment pas au phénomène de la mode. Trop charnu, trop plat, trop gros: certaines déclarent la guerre à leur postérieur et ont recours à la chirurgie esthétique. Avant, en Belgique, les femmes demandaient seulement des réductions graisseuses, lorsqu'elles avaient par exemple une culotte de cheval. Mais aujourd'hui, même en Belgique certaines ont recours à la chirurgie pour avoir des fesses plus rebondies.

RTBF

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK