Fake News dans ta tronche

Ça a chauffé entre MR et cdH sur les prêts hypothécaires. Une séquence politique tendue sur fond d’accusation de Fake News.

Ne dites plus désinformation, ne dites plus exagération, ne dites plus contre vérité, ne dites plus affabulation, ne dites plus accommodement avec la réalité, ne dites plus mensonge, ne dites plus raccourci simpliste, dites Fake News! Le terme est comme un “Hand Spinner”, c’est tellement à la mode que c’est devenu ringard, tellement omniprésent que ça n'a plus de sens.

Mais bref, il faut bien constater que c’est devenu le moyen numéro un de dénoncer l’attaque d’un adversaire que l’on juge grossière.

Reprenons. Le président du MR, Olivier Chastel condamne donc à la Fake News la saillie d’André Antoine, cdH, président du Parlement de Wallonie qui dénonçait je cite “le flou” du fédéral à propos du durcissement de l’accès au crédit hypothécaire.

Est-ce que le CDH est dans le registre de la Fake News?

Non, car le cdH n’a pas inventé une information, il n’a pas monté un scénario de toute pièce. Il y à bel et bien un “flou” dans le chef du gouvernement. Mais, par contre, il y a de l’exagération, de l’effet de Manche de la part d’André Antoine qui sort brusquement dans la presse un matin de comité de concertation ou le point n’est pas officiellement à l'ordre du jour.

Et oui il y a exagération lorsque le cdH laisse entendre que c’est le gouvernement qui décide de rendre l’accès à la propriété plus difficile pour les jeunes ménages.

Le droit à la nuance

Quels sont les faits? Les faits c’est que l’initiative vient non pas du gouvernement mais de la banque nationale qui demande au banques qui prêtent plus de 80 % du montant d’un bien immobilier, de mettre de côté un peu plus de fonds propres. Ce qui veut dire prendre plus de sécurité, et cette sécurité elle aura un coût pour l’emprunteur. Et la BNB ne décide pas ça pour rien mais parce que nous les belges nous nous endettons de plus en plus, et que les risques augmentent.

Le gouvernement n'a rien décidé

Non pas encore. Or il aurait dû le faire. Et c’est là qu’est le flou. Il est de coutume que ces recommandations de la banque nationale soient transcrites en arrêté royal. Le précédent arrêté sur le sujet prenait fin mardi à minuit. Or rien, pas de décision du fédéral. Il y a manifestement un désaccord de fond alors que le ministre des finances N-VA a déclaré y être favorable et qu’ Olivier Chastel au MR s’y oppose désormais fermement. On attend la suite, le terrain politique est désormais miné.

Mais en passant, si on peut arrêter d’utiliser le terme Fake News à tort et à travers et utiliser les nombreuses expressions dont la langue française dispose pour dénoncer les accommodements petits ou grands avec la vérité, tout le monde se portera mieux.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK