En mai, fais ce qu'il te plaît. Vraiment ?

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Good cop, bad cop… le classique bon flic/mauvais flic de cinéma revu et corrigé ; le numéro de duettiste De Croo-Vandenbroucke d’avant Comité de Concertation, pourtant bien rodé, offre cette fois une variante. Le dimanche, le ministre de la Santé joue les pères Fouettard sur le ton déconfiner ? n’y pensez même pas ! Le lundi, le Premier ministre vient, entouré uniquement de scientifiques, expliquer pédagogiquement et patiemment quelles sont les issues possibles. Il tente à la fois d’offrir des perspectives tout en freinant les impatiences.

Modèles mathématiques face aux sceptiques modèles

Alexander De Croo maintient le cap. La Belgique reste un des pays où la pandémie reste sous contrôle tout en ne connaissant pas les mesures les plus strictes mais cet équilibre demeure fragile. De plus, le Premier ministre affronte un curieux paradoxe : ces décisions sont politiquement critiquées mais en même temps implicitement soutenues. Depuis des semaines, les politiques qui critiquent par exemple, le ministre Vandenbroucke la semaine, sont les mêmes qui finissent par se ranger aux décisions que ce même ministre Vandenbroucke passe pour avoir imposé au Comité de Concertation du vendredi qui suit.

Cette ritournelle populo-politique reprend à nouveau cette semaine sur fond de déconfinement à programmer plus ou moins tôt selon que l’on tient compte de tel ou tel groupe.

Face à cela, Alexander De Croo tente d’objectiver ce qui peut l’être, offrant des courbes qui ne convaincront sans doute que ceux qui le sont déjà.

Ouvrir en mai

Face à ceux qui répètent en boucle depuis des mois " les gens en ont marre " avec le plus souvent, le seul argument tangible des réseaux sociaux, la réalité des chiffres reste fragile, d’autant que s’y ajoute un ressenti personnel.

Entre les multiples factions de sa coalition (7 partis, record de Belgique), les gouvernements régionaux/communautaires à sensibilité différente, Alexander De Croo après avoir la plupart du temps tenté de la jouer collectif, reprend cette fois un rôle d’arbitre entre toutes les parties, en ce compris une famille libérale aux susceptibilités divergentes.

Ses modèles mathématiques sous le bras, le Premier ministre fédéral ferme la porte de mars (avec peut-être un Velux ouvert), entrouvre celle d’avril et croise les doigts pour un mai ouvert.

Pour autant, il n’échappera pas à l’indispensable débat sur les fondements constitutionnels de la démarche répressive, le soutien à apporter à ceux qui décrochent et au retard dans l’arrivée des vaccins.

 

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK