Elections européennes en Espagne : un très mauvais timing

Les législatives du 26 avril emportées haut la main par les socialistes de Petro Sanchez continuent d’occuper les esprits.
Les législatives du 26 avril emportées haut la main par les socialistes de Petro Sanchez continuent d’occuper les esprits. - © GABRIEL BOUYS - AFP

En Espagne, ce dimanche, les élections européennes ont un peu de mal à se faire une place dans un agenda politique déjà bien chargé. Dans les faits, ce scrutin ne pouvait pas plus mal tomber en Espagne.

Les législatives du 26 avril emportées haut la main par les socialistes de Petro Sanchez continuent d’occuper les esprits. Ensuite, les Européennes coïncident avec les municipales et les régionales, avec notamment la bataille pour Barcelone où se présente l’ancien Premier ministre français Manuel Vals et celle de la région de Madrid où la droite pourrait perdre un bastion.

Ferrailler sur la légitimité de l’indépendantisme

Enfin, le conflit catalan contamine tout le continent européen. Sur la chaîne publique TVE, les neuf candidats ont consacré la majeure partie du temps à ferrailler sur la légitimité de l’indépendantisme. Précisons que Carles Puigdemont est candidat. S’il est élu, c’est un nouvel imbroglio juridique qui va s’ouvrir. Pour siéger, il devra s’enregistrer comme eurodéputé à Madrid alors qu’il est recherché par la justice de son pays. Parmi ses adversaires, la tête de liste socialiste, Josef Borreil, l’ancien président du Parlement européen et farouche adversaire de l’indépendance, devrait arriver en tête en Espagne, ce soir.

Archives : Journal télévisé 29/04/2019

Les socialistes remportent les élections législatives, mais la formation d’extrême droite, Vox, fait son entrée au Parlement espagnol.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK