Du confinement au comité de déconcertation

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Finalement, le comité de concertation porterait-il bien son nom ? Les six gouvernements du Royaume sont certes contraints de se "concerter" mais pas forcément d’être d’accord : obligation de moyens, pas de résultats !

Mais à chaque fois pourtant, il y a bien un accord global, une parole commune portée ensuite par le Premier ministre mais aussi par les ministres-présidents des entités fédérées. C’est après que ça se gâte.

Quand le MR désavoue le MR, mais pas que…

Les décisions du Comité de Concertation à peine connue, les critiques les plus virulentes proviennent alors du Vlaams Belang… et du MR. Ce dernier siège pourtant dans quatre des six gouvernements présents au Comité de Concertation et la famille libérale est la seule à disposer de ministres dans les six exécutifs du Royaume !

Si l’indignation du tandem Bouchez-Ducarme, non sans une certaine surenchère entre les deux ex-rivaux à la présidence du parti, est légitime, elle n’en demeure pas moins perturbante politiquement. Où est la cohérence ? En agissant de la sorte, le président du MR conforte certes une partie de son électorat mais il désavoue du même coup "ses" ministres et affaiblit par-là, la position de son parti. Mais c’est son choix.

A l’inverse, le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet (MR) assume, lui, toutes les décisions et joue la transparence sur les divergences entre les familles politiques : "C’est un accord à la belge, on peut le contester, mais au moins on a eu un accord global, et ça, c’est la réalité politique"Et dans la foulée, il apparaît que la N-VA joue également le grand écart en relayant au comité de concertation la volonté du Voka de garder le maternel et le primaire ouverts pour contraindre le télétravail des parents et dans la foulée, voir le ministre flamand de l’enseignement en prendre le contre-pied. Et finir par noter que la ministre PS de l’enseignement entend garder des écoles ouvertes là où le syndicat socialiste dénonce la discrimination faite à l’égard des enseignant(e) s du maternel.

La prise des décisions reste difficile, les assumer collectivement ensuite encore plus !

Humilité

"Le coronavirus nous donne une grande leçon d’humilité. Aux politiciens, aux experts et à nous tous", constatait Alexander De Croo, même s’il n’y a pas lieu de renvoyer les citoyens à plus d’humilité. Ce sont les politiques et les experts qui prennent les décisions, fixent les choix de vie des citoyens qui subissent. L’humilité doit résider d’abord chez ceux qui prennent des décisions difficiles et qui peinent ensuite à les assumer. Cela constitue même la clé de voûte de l’action politique. Le citoyen peut assumer seulement si ses représentants assument également leurs responsabilités.

Mais l’humilité n’est généralement pas la vertu cardinale du politique. De quoi déconcerter le citoyen et réduire ainsi son adhésion tant aux mesures préconisées qu’à ceux qui sont censés le diriger vers un avenir plus serein.

 

@PhWalkowiak

 

Comité de concertation du 24/03/2021: nouvelles mesures

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK