Donald Trump, une chance pour l'Union européenne ?

Donald Trump, une chance pour l’Union européenne ?
Donald Trump, une chance pour l’Union européenne ? - © Tous droits réservés

L’Union est pire que la Chine en plus petit. C’est du Donald Trump. Une formule comme il les aime. Ça claque et ça fait du clic. Des piques comme celle-ci, le livre de l'ex-conseiller du président américain, John Bolton en est truffé. On y apprend que pour Donald Trump, Jean-Claude Juncker, l’ancien président de la Commission européenne, est un homme vicieux qui déteste l’Amérique. Quant au président français, " Everything he touches, turns to shit ". Une phrase que le bon goût m’interdit de traduire mais qui, vous l’avez compris, n’est pas très élogieuse pour le président français.

Une parole acide… et des actes rêches

Le Président américain n’hésite pas à joindre les actes à la parole. Il y a 15 jours, Donald Trump expliquait vouloir retirer 9500 soldats stationnés en Allemagne… La semaine dernière, il fermait la porte aux discussions sur la taxation des géants du numérique… Cette semaine il menace d’imposer plus de 3 milliards de dollars de taxe supplémentaires sur nos exportations vers les Etats-Unis… Et la probable décision européenne de ne pas ouvrir nos frontières aux Américains le 1er juillet prochain ne va pas aider à calmer le jeu. Il faut se faire une raison, les relations transatlantiques ne sont plus ce qu’elles étaient… Elles se sont détériorées mais elles n’étaient pas non plus au beau fixe.

Il y a d’abord une part de malentendu qui remonte largement avant l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. La construction européenne est une architecture complexe. Un mélange de fédéralisme, de souveraineté partagée ou pas partagée du tout, que les citoyens européens eux-mêmes ont du mal à saisir. Dont ils se méfient aussi parfois. Alors imaginez de l’autre côté de l’Atlantique…

D’autant plus que ce "machin", cette Union européenne qui a longtemps été un débouché naturel pour les entreprises américaines est devenu un concurrent commercial. Avec des normes qui empêchent le bœuf aux hormones, le poulet au chlore ou les OGM made in USA de s’écouler librement sur le marché européen.

L’arrivée au pouvoir de Donald Trump n’a fait qu’aggraver ces différends

Son slogan Make America Great Again : rendre sa splendeur à l’Amérique est une variation de l’Amérique d’abord. Donc, pas question de se laisser importuner par un groupe de pays qui veut imposer ses règles au reste du monde et qui pense que les grands défis mondiaux (comme le dérèglement climatique ou la recherche médicale) passent par des solutions mondiales.

En plus chez les conservateurs américains pur jus, cette Union européenne est une invention hors sol, sans légitimité populaire. Un conglomérat d’Etats en déclin qui n’existent sur la scène internationale que parce qu’ils se sont regroupés… et qui font de l’ombre aux Etats-Unis.

C’est un peu ce que pensent aussi les nationalistes chez nous en Europe… Ou les partisans de l’illibéralisme, comme les gouvernements hongrois ou polonais. Donald Trump le sait. La visite symbolique du président polonais Andrzej Duda cette semaine à la Maison Blanche, et la vague promesse d’un probable redéploiement des troupes américaines sur le sol polonais, est une façon de monter les Européens les uns contre les autres.

Mais ce petit jeu de la division est sans doute moins efficace aujourd’hui qu’il y a quatre ans. L’imprévisibilité du président américain a fragilisé les Etats-Unis. Les Européens qui se sont longtemps accommodés de la suprématie américaine commencent à s’organiser sans lui. Même l’Europe de la défense, une vieille utopie, est ressortie des cartons avec déjà quelques résultats concrets à la clé.

Ces quatre ans de présidence Trump ont mis un grand coup de pied dans la fourmilière européenne, mais c’est peut-être aussi une chance pour l’UE. Aujourd’hui plus que jamais, l’idée d’une Europe politique est en effervescence. Aux dirigeants européens de ne pas tomber dans le piège de la désunion pour éviter qu’elle ne fasse pschitt.


Suivez toute l’actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d’information européenne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK