Des centrales hydroélectriques pour sauver les Virunga?

Des centrales hydroélectriques pour sauver le parc ?
2 images
Des centrales hydroélectriques pour sauver le parc ? - © Tous droits réservés

L’avenir du parc des Virunga passera-t-il par l’énergie hydro-électrique ? C’est en tout cas l’un des paris de son directeur. Le Belge Emmanuel de Mérode dirige le parc depuis 2008 dans l'est du pays. C’est le plus ancien parc national africain. 800 000 hectares au total. Une faune et une flore uniques au monde. Mais une richesse menacée aussi...

Les inquiétudes du WWF

L’organisation non gouvernementale WWF a tout récemment tiré la sonnette d’alarme. Près de la moitié des 200 sites naturels classés au Patrimoine mondial de l’Unesco souffrent du braconnage ou de l’exploitation illégale des ressources naturelles. Le parc des Virunga n’y échappe pas. Lui qui abrite des espèces animales menacées, et en particulier le gorille des montagnes.

L’existence du parc est menacée par le braconnage, par le pillage illégal de ressources naturelles, mais aussi par la déforestation, et par les nombreux groupes armés qui opèrent dans cette région déchirée par des années de conflits. Une région qui est aussi surpeuplée et ou l'accès aux terres cultivables est essentiel.

Des centrales construites, d’autres en projet

Deux centrales électriques ont déjà été construites dans le parc. L’objectif, et le pari d’Emmanuel de Mérode est de démontrer aux populations qui vivent aux abords du parc que celui-ci est avant tout un outil de développement économique, et que la préservation de la nature peut générer ressources et emplois. Des centaines de personnes ont déjà trouvé un boulot grâce à ces centrales. Et le  potentiel est énorme. Il s’agit à la fois de protéger le parc et de briser la dynamique d’économie de guerre dans la région…

Ecoutez ici le reportage radio de Transversales :

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir