Déconfinement : l'été de tous les possibles, l'été de tous les dangers

Lundi prochain, la vie d’avant revient. Partiellement. Plus rien ne sera jamais comme avant. Partiellement.

Les autorités font désormais le pari de la responsabilité individuelle comme un retour au civisme et à la citoyenneté. Des valeurs que l’on croyait quelque peu désuètes en ces temps d’individualisme parfois forcené.

Des bulles

La reprise se veut progressive et entourée de précautions sanitaires. Cette fois, le Conseil National de Sécurité n’a plus évoqué de sanctions ou le rôle des policiers. Pourtant, des interdits demeureront au-delà de l’été. Des incertitudes restent à lever ; des incohérences à éclaircir. Les silos ont fait place à des bulles qui s’agrandissent et sont appelées à interagir prudemment.

Un pari sur une sorte d’intelligence collective. Le regard restera fixé sur les baromètres sanitaires qui font notre quotidien depuis trois mois. Advienne que pourra…

Et des dégâts

Il y a un monde à reconstruire. Lundi commencera également l’évaluation des dégâts. Au fil des semaines, s’effectuera le décompte de ce qui a résisté ou pas. Les faillites, les pertes d’emplois ou les restructurations rythmeront l’été et l’automne.

Dans le même temps, il convient d’assurer la relance. Tirer les enseignements du bouleversement économique et social qui se produit.

La politique va pouvoir retrouver tout son rôle. Des choix et des changements s’imposent. Comme le souligne Bruno Colmant, pourtant formé à l’école du libéralisme, cette crise démontre la nécessité d’un filet de sécurité social, un Etat social, un Etat-providence. Je pense qu’il va y avoir dans beaucoup de pays une réflexion quant au partage des tâches entre la spontanéité du libéralisme et l’économie de marché et puis d’autre part l’Etat.

Chez nous, chaque gouvernement avance son plan de relance, comme c’est le cas au niveau européen et chez nos voisins. Il conviendra que tout cela s’harmonise et aille dans la même direction. Même si pour la Belgique et son économie très ouverte, le plan de relance allemand aura au moins autant d’impact sur les entreprises belges que ce que nos gouvernants préparent.

Politiquement, les prochaines semaines sont cruciales. Flandre et Wallonie avancent à leur rythme. Le fédéral reste englué dans son existence virtuelle.

Ce Pays se retrouve ainsi à devoir gérer tous les défis sur un seul été. Jouer à la fois sa survie économique et sociale et son existence institutionnelle.

 

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK