Déconfinement : aux frontières de la confusion

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

L’art de se prendre les pieds dans le tapis. Autant nos différents gouvernements ont plutôt bien passé le cap de mesures de confinement à annoncer (certes avec quelques couacs et retards) autant l’annonce des mesures de déconfinement se déroule dans la confusion et l’improvisation. Derniers exemples en date : la rentrée scolaire minimaliste et la frontière ouverte fermée.

Ecoles

Il y avait d’abord eu cette conférence de presse nocturne mêlant PowerPoint abscons et règles confuses et déshumanisées au point de voir la Première ministre effectuer son mea culpa lors du Conseil National de Sécurité suivant, mieux maîtrisé.

Ensuite, les Comités de Concertation ont pris le relais du CNS, se caractérisant par la volonté flamande d’imposer sa vision de la situation.

Conséquence : les francophones ont dû précipiter une réouverture large des classes maternelles et primaires, prenant de court les directions d’école, forcées de défaire dans l’urgence ce qu’elles avaient patiemment construit.

La rentrée se partage entre le soulagement des parents, la joie des enfants et la perplexité du corps enseignant. Sur le plan politique, on retiendra l’improvisation nocturne de la décision plaçant des écoles désorientées devant le fait accompli sans réelles explications.

Rien à déclarer ?

La réouverture des frontières obéit à la même confusion, ajoutant une touche de ridicule à des ministres contraints de tenter de vainement d’expliquer pourquoi ils ont finalement annoncé… Ce qui n’était pas.

Pieter De Crem, le soir, ou Philippe Goffin, le lendemain, paraissaient trop heureux d’annoncer à leurs concitoyens qu’ils pouvaient illico se rendre notamment en France, avant de constater qu’aucune concertation n’avait eu lieu avec les autorités françaises, pas plus non plus qu’avec les Pays-Bas où des bourgmestres se disaient surpris. Simple "couac " de communication, tente-t-on… La concertation préalable avec les pays voisins paraissait pourtant élémentaire.

Cette accumulation d’approximations se poursuivra-t-elle lors du Conseil national de Sécurité de ce mercredi ? Cette fois, il s’agit de baliser les étapes vers un déconfinement maximal tout en gardant des mesures de sécurité. Un subtil exercice d’équilibre. Tous les pays qui entourent la Belgique ont déjà rouvert leurs cafés et restaurants. Nous devrions donc suivre. La question des frontières se repose également. Celle avec la France ne rouvrira que le 15, comme décidé par le gouvernement français.

Le secteur culturel restera-t-il en souffrance ? Quels voyages seront possibles ? Quels événements pourront se dérouler cet été ? etc.

Puisse cette fois nos autorités parler d’une seule voix. Clairement.

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK