De Wever, l'été, le printemps et le dentifrice

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Il a été le premier à rencontrer les informateurs Coens & Bouchez, le premier à prendre connaissance de la note de synthèse rédigée par le tandem royal. Bart De Wever s’est dit très agréablement surpris par la note qu’on lui a montrée.

Coens & Bouchez travaillent notamment à une coalition sans la N-VA, reprenant écologistes, socialistes, CD & V et libéraux (soit l’arc-en-ciel élargi évoqué lors de mission Magnette) que le président du MR a rebaptisé coalition Vivaldi, allusion aux Quatre Saisons du " prêtre roux ", comme les quatre couleurs des quatre familles [1].

Vivaldi

Si c’est Vivaldi, alors le printemps sera court et l’été froid, aurait glissé Bart De Wever aux informateurs, tant il apparaît des éléments qui ont fuité (ce qui n’est jamais bon signe pour une mission quelque peu confidentielle) que les accents sociaux et environnementaux ont été réduits et suscité des réactions amères chez les socialistes et écologistes.

Bart De Wever trouve cela tellement mieux que la note de Paul Magnette qui avait le goût de sa bouillie arc-en-ciel en bouche qu’il faudra beaucoup de dentifrice flamand pour se laver la bouche.

L’objectif serait donc de ramener la N-VA dans le jeu ? Le CD & V aurait-il forcé la main du MR à faire en sorte que le président de la N-VA puisse d’une manière ou d’une autre, recevoir sa chance ? C’est effectivement ce que les chrétiens-démocrates flamands, Koen Geens en tête répètent : Bart De Wever doit démontrer qu’il (ne) peut (pas) constituer une majorité fédérale. On ne jouera les Quatre Saisons rue de la Loi, qu’après avoir fait la démonstration publique qu’une majorité avec la N-VA est impossible.

Peur du pouvoir

On l’oublie souvent côté francophone, mais pour le CD & V (et accessoirement l’Open VLD), intégrer l’orchestre de Vivaldi, c’est entériner un gouvernement fédéral minoritaire dans la plus grande communauté du pays, avec pour opposition principale les deux premiers partis flamands qui souhaitent précisément la disparition du susdit pays !

Le CD & V reste traumatisé par le pire résultat électoral de son histoire. Il ne pèse plus que 12 députés fédéraux. Les sondages prédisent pire encore.

MR et CD & V peinent qui plus est, à sortir de la coalition sortante. Or, ils semblent oublier que celle-ci a subi une de pires défaites électorales des cinquante dernières années, traduite par une perte de 22 sièges à la Chambre, passant de 85 à 63 députés. L’actuel gouvernement Wilmès ne peut compter que sur 38 députés.

La réalité a changé. Le Vlaams Belang pèse sur la classe politique flamande et singulièrement sur la N-VA, comme le PTB pèse sur le PS.

Même si les informateurs n’approuvent pas ce qui circule, la note Coens-Bouchez ne présage pas d’une sortie de crise.

 

@PhWalkowiak

 

 

 

[1] Bien entendu l’hiver est bleu (MR-Open vld), le printemps est vert (Ecolo-Groen), l’été est rouge (PS-sp. a) et l’automne est orange (Cdh-CD & V)

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK