De toute façon, en Belgique, tout est communautaire (air connu)

Habituel exercice de musculation pré-électorale, le débat sur la liste des articles de la Constitution à soumettre à révision pour la prochaine législature permet à chacun de se profiler. Cela ne mange pas de pain puisqu’on ne connaît pas les futurs rapports de force et que tout cela nécessite une majorité des 2/3 et même souvent une majorité spéciale (la moitié dans chaque groupe linguistique) toujours très hypothétiques à trouver.

Demandeurs de rien

Les Francophones demeurent assez frileux généralement. Chaque article soumis à révision peut constituer un " piège " politique tendu par la Flandre et dès lors, ces Francophones se disent demandeurs de rien mais prêt à discuter si ce n’est pas communautaire.

Or la récente discussion sur l’article 7bis a prouvé tout le contraire. Cet article a été ouvert à révision sans arrière-pensée en 2014, et il est devenu communautaire quand Francophones et Flamands se sont affrontés sur l’opportunité d’y introduire une meilleure coordination institutionnelle de la lutte contre le réchauffement climatique. Une majorité flamande s’y est opposée. L’article en question figurera à nouveau dans ce qui sera révisable après le 26 mai et il reste tout aussi peu probable qu’il récolte les majorités nécessaires.

Pandore

Il est de bon ton (électoral) côté francophone de crier au loup dès qu’on veut toucher à la Constitution. Cela a fait capoter l’Orange Bleue en 2007, provoqué 541 jours de crise politique en 2010-11. La dernière réforme de l’état (approuvée par socialistes, libéraux, chrétiens-démocrates-humanistes et écologistes du nord et du sud du pays) était censée arrêter les revendications autonomistes flamandes et faire reculer la N-VA. En 2014, c’est tout le contraire qui s’est produit.

A chaque fois, il se trouve un parti francophone pour évoquer la boîte de madame Pandore. Cette fois, c’est le MR qui a ressorti la susdite boîte qu’il ne fallait pas ouvrir pour modifier le 7bis, mais qui a accepté de le faire quelques jours plus tard.

De même, tous les partis francophones se déclarent prêts à revoir certains articles " non-communautaires ", une manière avant tout de rassurer leur électorat.

La N-VA semble avoir fait son deuil d’une réforme de l’état accordant plus d’autonomie à la Flandre. Bart De Wever postule la fonction de ministre-président pour peser sur le prochain exécutif fédéral. La CD&V s’est prononcé en faveur d’une nouvelle réforme de l’état. Chez les libéraux et chrétiens-démocrates flamands, on a fait taire tous ceux qui évoquaient une coordination fédérale de la lutte pour le climat.

En Belgique, cela fait plusieurs décennies que la boîte de Pandore communautaire est ouverte et comme dans la mythologie, plus rien ne semble en mesure de la refermer. Certainement pas quelques vagues articles de la Constitution …

 

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK