De la chaudière volante à la machine à rata

Le scandale que nous avons révélé à l’Intercommunale de santé publique au pays de Charleroi marque-t-il le début d'une nouvelle vague d’affaires carolo ? Quand on tire sur un fil on ne connaît jamais la longueur de la pelote.

Il y a 12 ans notre journaliste Christine Borowiak, déjà elle, révèle un rapport d’audit accablant pour la société de logement public La Carolo qui va conduire à l’ouverture d’une instruction.

La pelote de laine était énorme et les révélations à n’en plus finir vont conduire à la chute de la majorité absolue PS à la ville de Charleroi, à la chute du bourgmestre et Ministre-Président de l’époque Jean Claude Van Cauwenberghe. D’un point de vue politique, c’est un séisme.

D’un point de vue judiciaire, les condamnations seront assez limitées. Condamné notamment Claude Despiegeleer, échevin, pour avoir fait installer dans sa villa à Carcassonne une chaudière par la ville de Charleroi pour une valeur de 6000 euros.

Cette chaudière est devenue un symbole...

La chaudière de Despi, c'est le symbole d’un estompement généralisé des normes de gouvernance, symbole de l'effacement de la morale.

C’est le comportement de gens qui se sentent tellement importants qu’ils en viennent à penser que la collectivité leur doit bien quelque chose, l’argent public n'a plus de valeur.

Bref, c’est aussi ce qu’un mail anonyme, que la RTBF a révélé, reproche à Philippe Lejeune, bourgmestre de Merbes-le-Château et directeur général de l’ISPPC.

Alors, chaque affaire son symbole, ici pas de chaudière volante, ni de bouteille de vin, mais une machine à rata. Un mélangeur dans une cuisine de l'hôpital qui a servi pour préparer le repas du bal du bourgmestre. Il reconnaît avoir utilisé cette machine et les cuisines mais il se défend. Il n'a pas fait appel au personnel de l'hôpital et les repas ont été transportés par une camionnette privée.

Au-delà du symbole, le mail anonyme révèle des dysfonctionnements potentiellement bien plus graves. On pointera notamment la disparition de 800 000 euros de factures impayées, récupérées par un huissier, aujourd’hui décédé. L’ISPPC n’a donc jamais vu la couleur de ces 800 000 euros.

Nouvelle affaire de la taille de La Carolo?

L’ISPPC est une grosse intercommunale (4000 travailleurs, plus que Nethys) et c’est une intercommunale carolo, dans le jardin de Paul Magnette. L’affaire est donc ultra-sensible.

Mais on peut penser qu’on ne revivra pas le déballage incroyable d’il y a 12 ans et la dimension systémique de l’époque.

Le problème c’est qu’entre-temps, l’affaire Publifin est passée par là. La crédibilité du politique, en Wallonie et surtout dans les " intercommunales " est déjà tellement atteinte que plus aucune affaire n’est anodine. Non, il n’y a plus de petits scandales.

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir