Crise et pandémie : à l'aide…

L’heure est aux dépenses publiques. Largement. Très largement. Au point que même les formations politiques généralement les plus réticentes à voir dépenser l’argent public plaident régulièrement pour voir la puissance publique investir massivement. Ce qui pendant des années a été refusé à la Santé, à la Mobilité ou à l’Environnement doit à présent venir au secours de l’Economie.

Tirer…

Le gouvernement fédéral ressort ainsi 835 millions d’euros d’aides pour l’Horeca, ou les secteurs de la Culture et de l’événementiel. Des mesures qui avaient déjà été prises lors des vagues précédentes et destinées aux secteurs les plus touchés… et les plus turbulents au moment d’envisager un déconfinement qui tarde.

Pratiquement, à la même heure, le gouvernement wallon dévoilait les grands axes de son plan "Get Up Wallonia !" censé rebooster la Wallonie. Un plan décidé avant la pandémie mais qui intervient alors que les pouvoirs publics wallons ont investi pour soutenir l’économie et que dès 2025, la Wallonie s’appauvrira arithmétiquement, les transferts financiers venus de Flandre s’assécheront progressivement. Une double urgence pour la Wallonie, initiée par l’argent public, en centaines de millions €.

… son plan

"Ce sera dur, mais les Wallons s’en sortiront" proclamait un slogan de campagne du PS en… 1981 ! Dès les années 1990, les plans se sont succédés : Contrat d’Avenir, plan Marshall, Marshall 2.0, 2.Vert, 4.0, etc. Que peut changer "Get Up Wallonia !" ?

Depuis 40 ans, la place de la Wallonie n’a pas bougé dans les classements européens. Illustration criante : en 1994, début des aides européennes, le Hainaut se situait à 77 pour une moyenne du PIB/région de 100 au niveau européen. La province du ministre-président wallon en est aujourd’hui à… 74 ! A quoi servent les différentes aides ? Les passées comme les futures. Le problème n’est-il pas ailleurs ? Certes, avec "Get Up Wallonia !" la méthode a changé ; des experts ont notamment pointé un problème de mentalité des Wallons eux-mêmes. Le constat est posé, les véritables difficultés commencent.

Dans un autre registre, le gouvernement fédéral (et pas seulement lui) concède des aides comme on distribue du pain aux plus démunis. En effet, bien plus que cela, n’est-ce pas plutôt d’air, de perspectives auxquelles aspirent cafés, restaurants, théâtres, artistes, DJ, organisateurs de concerts ou de mariage, etc. ? Où sont-elles ?

L’aide est souvent nécessaire, mais elle est loin d’être suffisante. La désillusion ne peut donc qu’être au bout du chemin.

 

@PhWalkowiak

Plan d'aides à l'Horeca: JT du 21/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK