Charles Michel: "Il y a un problème dans les prisons, nous devons rattraper notre retard"

"On n’échappera pas au devoir de faire la lumière sur les circonstances précises dans le cadre des décisions qui ont été prises à différents niveaux". Charles Michel, invité du Jeudi en prime +, est revenu longuement sur l’attaque à Liège dont le bilan est de 3 morts et 4 blessés.

L’auteur de l’attaque s’est-il radicalisé en prison ? L’enquête doit le déterminer mais les premiers éléments de l’enquête semblent le laisser penser. Le Premier ministre plaide pour que l’on prenne le temps de regarder et d’analyser la situation. "Cette question de la radicalisation en prison n’est pas un phénomène nouveau. Nous savons depuis des années qu’il y a un problème dans les prisons tant en Belgique que partout en Europe avec ce phénomène de radicalisation."  

Alors comment détecter ce phénomène ? "Ce gouvernement a pris la décision d'élaborer un plan de lutte contre la radicalisation dans les prisons. Des antennes spécialisées ont été créées pour accueillir les détenus qualifiés de dangereux".

Selon Charles Michel, il faut redoubler d’efforts afin de rattraper une certaine forme de retard : "Pour l’instant, personne, en Europe et en Belgique, n’a trouvé de recette miracle pour déradicaliser une personne en semaine. Il est vrai que le gouvernement fédéral et les entités fédérées doivent travailler davantage ensemble concernant ce phénomène dans les prisons. Nous avons besoin d’une union sacrée pour être plus efficace sur terrain-là", estime le Premier ministre.     

Les propos de Bart de Wever m’ont choqué mais pas seulement les siens

Charles Michel est également revenu sur les propos tenus par Bart de Wever concernant le décès de la petite Mawda, une fillette kurde âgée de 2 ans décédée à la suite d’une balle perduz lors d’une course-poursuite avec la police.

"Les propos de Bart de Wever m’ont choqué mais pas seulement les siens", explique le Premier ministre tout en estimant que d’autres déclarations ont été, selon lui, du même acabit. "Les propos du président du PS évoquant la culpabilité de l’Etat m’ont également choqué tout comme ceux prononcés par Zakia Khattabi, la coprésidente d’Ecolo. Personnellement, je refuse d'entrer dans les outrances."

La Belgique doit-elle accueillir la famille de Mawda ?

Cette demande de régularisation définitive pour la famille de Mawda n’a pas encore été analysée par l’Office des étrangers. Néanmoins, la question se pose déjà : cette demande a-t-elle des chances d'aboutir en raison des circonstances dramatiques qui touchent cette famille Kurde ? "Cette question a été provisoirement tranchée car il n’y aura pas d’exécution d’ordre de quitter le territoire tant que l’enquête le nécessitera", répond le chef du gouvernement fédéral.

Et après ? "L’office des étrangers doit réaliser un rapport. C’est ensuite au secrétaire d’Etat et au gouvernement de donner une réponse."   

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK