Le cdH lâche le PS: pour le PTB, "diriger avec le MR du Kazakhgate plutôt qu'avec le PS du Samusocial. Risible"

Les réactions ne se sont pas faites attendre suite à l'annonce explosive de Benoît Lutgen et de son parti de se passer du PS dans les majorités régionales. Et le moins que l'on puisse dire c'est que le PTB n'y va pas avec le dos de la cuiller.  

Pour le député Raoul Hedebouw, sur Twitter, "Diriger avec le MR du Kazakhgate plutôt qu'avec le PS du Samusocial", s'avère risible.

Toujours sur Twitter, Michael Verbauwhede du PTB n'y est pas allé par quatre chemins non plus. "Quitter le #PS de Mayeur pour s'allier avec le #MR de de Decker ? Seriously, vous pensez qu'on va croire à votre pseudo opération nettoyage?"

"Rien ne changera"

De manière plus formelle, le parti, par la voix de son porte-parole francophone Germain Mugemangango a réagi soulignant que "le président du cdH Benoît Lutgen préfère gouverner avec le MR du Kazakhgate plutôt qu'avec le PS de Publifin et du Samusocial".

"Si c'est une tentative d'améliorer l'image de son parti, c'est mal barré", poursuit-il dans un communiqué. Car à ses yeux, "on ne sort pas des affaires en changeant des têtes, mais en s'en prenant à un système qui implique depuis de longues années tous les partis traditionnels."

Mesure anti-sociales

Pour le Parti du Travail de Belgique, l'annonce-surprise du cdH traduit la "crise profonde chez les partis traditionnels, à la mesure de la colère profonde chez les gens contre ces partis où une élite s'en met plein les poches alors qu'une grande partie de la population a de moins en moins dans son porte-monnaie suite aux mesures anti-sociales prises par ces mêmes partis traditionnels."

"Devant la peur de la montée d'un parti comme le PTB (...), le cdH pense visiblement pouvoir regagner la confiance de l'opinion publique en chamboulant les majorités. Il se trompe: sans mesures concrètes et radicales en matière de transparence, rien ne changera."

Newsletter info

Recevez chaque jour toutes les infos du moment

Recevoir