"Brûlons les SUV !", vraiment ?

"Brûlons les SUV !", vraiment?
3 images
"Brûlons les SUV !", vraiment? - © Tous droits réservés

Ils se sont approprié 40% des ventes de voitures neuves. Ils sont grands, lourds et polluants mais le public en raffole. Et comme on n’en parle pas encore assez, j’ai décidé d’en remettre une couche parce que, non, moi je ne roule pas en SUV comme tout le monde ! D’ailleurs, je serais peut-être prêt à suivre l’idée émise par Elke Van den Brandt, la ministre bruxelloise de la Mobilité, qui serait de taxer les véhicules les plus polluants et encombrants. Qu’ils payent donc ces inconscients climato-sceptiques qui ne se soucient pas d’autrui !

On caricature ? Bien entendu, car en y réfléchissant un peu, les paradoxes ne tardent pas à apparaître.

Pour être SUV, ça commence où ?

Le Sport Utility Vehicle est l’appellation américaine des 4X4, très prisé sur ce continent. Au fil du temps, ces modèles se sont affinés et ont petit à petit quitté l’aspect de gros baroudeurs capables de franchir gués et collines. A présent, on emploie le terme SUV pour définir un véhicule bicorps (sans malle de coffre arrière) un peu surélevé et éventuellement 4X4 même si la majorité des SUV sont de simples tractions.

Si la mode a été lancée avec des modèles imposants et onéreux, les SUV ont désormais leurs représentants dans toutes les catégories de taille. Ainsi, les constructeurs proposent à présent des déclinaisons SUV de leur gamme traditionnelle : un Peugeot 2008 est à la 208 ce que le Volkswagen T-Roc est à la Golf. Et on peut multiplier les exemples à l’envi.

Donc, oui, à la base, le SUV est fatalement plus grand, lourd et moins aérodynamique que la berline dont il dérive. Mais on trouve des petits SUV, les compacts, qui sont plus vertueux en termes de rejets que des berlines. Sans parler des SUV qui n’en ont que le nom, car c’est vendeur, et qui ne sont rien d’autre que des voitures légèrement rehaussées.

La Ford Focus Active est à peine deux centimètres plus longue et un peu plus de quatre centimètres plus haute que la Focus normale. Ça n’en fait pas vraiment un monstre roulant comme certains imaginent. D’ailleurs, si ce type de véhicule connaît autant de succès, c’est parce qu’outre le phénomène de mode et le choix pléthorique de modèles, le SUV propose quelques avantages comme une facilité d’accès à bord et un sentiment de sécurité accru.

Il n’y a pas que les SUV

La réforme de la fiscalité automobile à Bruxelles ou en Wallonie est un casse-tête. Et soyons de bon compte, on comprend l’idée de la ministre Groen de favoriser les véhicules les moins polluants et les moins encombrants. Sauf qu’en focalisant le débat sur les SUV, on a tendance à oublier bien d’autres catégories. Les monovolumes, en forte perte de vitesse, sont aussi volumineux que les SUV.

Mais leur aspect familial leur confère une image plus positive. Les breaks sont évidemment plus longs que la plupart des SUV, mais leur image de déménageur aide à faire passer la pilule. Les ludospaces, type Renault Kangoo, possèdent une surface frontale incompatible avec la recherche de l’aérodynamisme optimal, ce qui engendre aussi une surconsommation. Et si l’on doit taxer en fonction du poids, les hybrides et électriques partent avec un désavantage certain.

Alors, on pourrait pénaliser les voitures en fonction de leurs rejets de CO2 qui est propice au réchauffement climatique. Différentes associations, comme Inter-Environnement Wallonie, plaident pour une taxe sur les véhicules émettant plus de 95g de CO2 par kilomètre, soit la moyenne que doivent atteindre les constructeurs pour l’ensemble de leur gamme en 2021. Sauf que cela pénalisera l’essence au profit du diesel, que l’on souhaite bannir des villes.

Alors qui va payer ? Et sur quels critères ? Où va-t-on placer la limite entre un gros et un petit SUV ? Vous qui possédez un SUV ou quelque chose qui y ressemble, devrez-vous investir dans une limousine ou une voiture de sport ? Car c’est vrai qu’une nouvelle Ferarri F8 Tributo est beaucoup plus basse qu’un SUV, et protégera peut-être mieux les piétons en cas de choc. Mais elle rejette 295 g de CO2 par kilomètre…

Quant à moi, je n’en ai cure. Je ne roule pas en SUV mais en bon break de 4m80 de long ! C’est grand, mais on ne le pointe pas du doigt en l’accusant de tous les maux…

Journal télévisé 17/11/2019

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK