Belgique, plomberie et vieilles dentelles

 

Circulez, braves gens ! Il n’y a plus rien à voir… Vous avez voté, c’est bien gentil… Revenez dans cinq ans… Et merci pour tout.

C’est bien connu : en Belgique, le citoyen vote (et même obligé de le faire) mais il ne choisit pas ceux qui le gouvernent. Ça, c’est l’apanage des présidents de parti.

Opacité…

Le chef de l’État a pourtant organisé le traditionnel défilé de ces présidents qui nous gouvernent, avant de désigner deux " informateurs " dont a priori nous ne saurons rien des activités. Didier Reynders et Johan Vande Lanotte rencontrent-ils soixante personnes par jour ou remplissent-ils des grilles de sudoku ? Le citoyen-électeur n’en saura rien. Peu de démocratie fonctionne sans doute de manière similaire. Mais en Belgique, ce n’est pas pareil et puis, on-a-toujours-fait-comme-ça et puis cela a tellement bien fonctionné jusqu’ici qu’il ne faut surtout pas que l’on change (second degré).

Pourtant, il y a quelques signes que le pays ne fonctionne plus " comme avant " : les familles socialistes et chrétiennes-démocrates sont au plus bas de toute leur histoire longue pourtant de plus d’un siècle, la coalition gouvernementale sortante s’est prise une des plus belles tôles (moins 22 députés !) de ces 50 dernières années. Mais le petit monde autour du parc de Bruxelles (le palais royal d’un côté, la rue de la Loi de l’autre) replonge immanquablement dans son vieux manuel de plomberie institutionnelle, invoquant les mânes de feu Jean-Luc Dehaene. D’ailleurs le soir de scrutin, à l’exception remarquée d’un Bart De Wever pourtant loin devant les autres mais lucide, tous les présidents de parti soulignaient leur " bon " score, ou comment prendre là aussi, le citoyen-électeur pour une quiche !

…Royale

Peut-être en saura-t-on plus à l’issue du premier rapport adressé au Roi par les deux informateurs. Mais si c’est pour constater ce que chacun sait déjà (impossibilité de constituer une coalition qui soit majoritaire au nord et au sud du pays, vu l’antagonisme N-VA-PS-ECOLO), cette mission ne servira à rien, si ce n’est à occuper la galerie et montrer que le palais se soucie de la situation et qu’il cherche une solution, fut-elle introuvable. On peut déjà parier que puisqu’on attend un " premier " rapport, que cette mission sera prolongée sur des bases quasiment identiques. Cela permet aussi de laisser aux régions et communautés d’avancer, de constituer leur majorité, de faire oublier certaines déclarations de campagne. Ainsi, le PS et le MR paraissent beaucoup moins à couteaux tirés qu’il y a deux semaines ; la N-VA continue d’entourer le Vlaams Belang d’attentions avant de passer à autre chose.

Il est fort probable que rien ne bougera au niveau fédéral tant que les coalitions régionales/communautaires ne se dessineront pas. Après, il sera toujours loisible au palais de mettre à jour sa vieille liste des fonctions en " -teur " pour assurer la suite et songer à overzomeren

 

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK