Baromètre: qui se cache derrière les électeurs de chaque parti politique?

Quel électeur se cache derrière chaque parti ?
Quel électeur se cache derrière chaque parti ? - © T.M. avec BELGA

Le nouveau baromètre de la RTBF, La Libre, De Standaard et la VRT est arrivé. Ecolo en hausse, le PTB conforte sa bonne santé, le MR stagne et le PS est à son minimum historique en termes d’intentions de votes. D’où cette question : qui vote pour qui ? Pour y répondre, notre baromètre a analysé, scruté l’électeur potentiel de chaque parti, région par région.

Mouvement Réformateur

Bruxelles

En région bruxelloise, le Mouvement Réformateur reste le premier parti avec 20,7 % des intentions de vote valide. Mais quel est son profil électoral ? La proportion homme/femme (51% - 49%) est pratiquement à l’équilibre. La majeure partie de ceux qui ont exprimé leur préférence pour le Mouvement Réformateur ont un niveau d’éducation de type études supérieures. Par contre, le MR ne séduit pas les 35-54 ans (24%), contrairement aux 18-34 ans (42%). L'électorat du MR est composé à 21% par des pensionnés, 14% sont des indépendants (nettement plus que les autres partis).

Wallonie

Bruxelles n’est pas la Wallonie et inversement. En voici pour preuve avec ceux qui ont choisi le MR en terre wallonne, leurs pourcentages changent sensiblement : un peu plus de 60% sont des hommes. Les 35-54 ans sont plus nombreux (38%) que les 18-34 ans (28%) et les 55 et plus (35%). Enfin, détail qui a son importance, davantage d’électeur MR provienne du Hainaut que du Brabant wallon (17%). Seule la Province de Liège fait mieux (31%).

Ecolo

Bruxelles

Les verts font une percée à Bruxelles. Ils augmentent leur score de près de 6% par rapport aux précédentes élections de 2014. Une tendance qui, si elle se confirme, amènerait les écologistes à devenir la deuxième force politique en région bruxelloise. Mais qui les a choisis ? Majoritairement des femmes (59%). La plupart des personnes qui ont marqué leur préférence pour Ecolo ont fait des études supérieures. Autre élément important : 32% de ceux qui ont choisi les verts sont des employés alors que 10% sont des pensionnés.

Wallonie

Ecolo est troisième en région wallonne. Majoritairement, ce sont les femmes qui se sont prononcées en faveur des Verts (60%). Parmi ceux qui ont choisi les écologistes, 24% sont des employés alors que les 3% seulement sont des ouvriers et 8 % sont des cadres. Pas de grandes disparités entre la classe moyenne et les hauts revenus. Par contre, seuls 8% de ceux qui sont les plus fragilisés se sont prononcés en faveur d'Ecolo.

Parti Socialiste

Bruxelles

Le PS est troisième à Bruxelles avec un score de 15,1%, soit une chute de 9,8% par rapport aux précédentes élections. Davantage de femmes que d'hommes ont choisi les socialistes (55%). Par contre seulement 20% des personnes qui ont affiché leur préférence pour le Parti Socialiste appartiennent à la classe d'âge des 55 et plus. Autre constat, les ouvriers (24%), les personnes en inactivité de travail (25%) et les employés (19%) sont les plus représentés tandis que seulement 2% des cadres et des indépendants ont affiché leur préférence au PS. Sans surprise, ce sont les classes sociales les plus fragiles qui se sont les plus prononcées pour le Parti Socialiste.

Wallonie

En Wallonie, Le PS reste en tête des préférences des sondés avec 21,5% des intentions de votes à seulement 0,1% du MR. Là encore, ce sont les femmes qui affichent le plus leur préférence pour les socialistes (60%). Néanmoins, la comparaison entre Wallons et Bruxellois s'arrête là. À la question "Quel parti politique a votre préférence ?", 44% de ceux ont choisi le PS ont 55 ans ou plus tandis que seulement 19% proviennent de la tranche d'âge 18-34 ans. Autre différence avec l'électeur bruxellois : 32% des sondés qui se sont prononcés en faveur du PS sont des pensionnés pour 15% seulement à Bruxelles.

DéFI

Bruxelles

Derrière le MR, Ecolo et le PS, mais devant le PTB et le cdH, DéFI obtient 14,3% des intentions de votes à Bruxelles. L'électorat de DéFI se compose pratiquement d'autant d'hommes que de femmes (48% et 52%). La moitié des Bruxellois qui ont choisi DéFI ont 55 ans ou plus tandis que 15% sont âgés de 18 à 24 ans. Une tendance qui se confirme également par le nombre de pensionnés qui ont choisi le parti amarante (32%). Autre donnée importante parmi le nombre de personnes qui ont choisi DéFi en Région bruxelloise 20% sont des employés, 22% n'ont pas d'emploi et 10% sont des cadres.

Wallonie

DéFI commence à faire son nid en Wallonie avec 5,8%. Et là encore, ce sont les 55 ans et plus qui constituent le cœur de son électorat (56%) au détriment de la tranche 18-34 ans (9%). Comme à Bruxelles, ce sont les pensionnés qui sont en nombreux chez les amarantes (32%). Parmi ceux qui ont affiché leur préférence pour le parti d'Olivier Maingain, 43% proviennent du Hainaut, 27% de Liège et de 17% du Brabant wallon.

PTB

Bruxelles

En Région bruxelloise, le PTB affiche 9,5% au compteur. Parmi ceux qui l'ont plébiscité, 46% sont âgés entre 35 et 54 ans. La plupart sont des employés (34%), pour 6% seulement de pensionnés. Des chiffres qui ont leur importance, mais ce qui est le plus intéressant chez le PTB, c'est certainement le nombre que personnes appartenant aux classes sociales plus élevées qui l'ont choisi. Ainsi, 37% de ceux qui on l'intention de voter PTB appartiennent à la couche sociale la plus privilégiée de la capitale.

Wallonie

Cette tendance n'apparaît pas en Wallonie où ce sont les classes sociales les moins privilégiées qui sont majoritaires dans l'électoral du PTB, mais les différences entre les couches sociales ne sont pas aussi nette que précédemment. Par contre, comme à Bruxelles, c'est la tranche 35-54 ans qui la plus représentée au sein du PTB, même si les différentes entre les tranches d'âge sont moins fortes en Wallonie où cette formation recueille 14,8% des intentions de vote.

cdH

Bruxelles

En Région bruxelloise, le cdH est en mauvaise posture avec des intentions de vote ne dépassant pas les 6,8%. Mais parmi ceux qui ont choisi les centristes, on retrouve beaucoup de jeunes : 43% de l'électorat bruxellois du cdH est âgé de 18-34 ans et 36% font partie de la tranche d'âge 35-54 ans. Seulement 21 % ont 55 ans ou plus. L'électeur cdH à Bruxelles est un employé (22%) ou n'a pas de travail (23%), 14% sont des cadres et 15% sont des employés. À noter que 34% des électeurs centristes font de partie de la classe sociale la plus favorisée à Bruxelles.

Wallonie

En Région wallonne, le cdH affiche un score de 7,3%. La différence d'âge entre les électeurs du cdH est moins importante qu'à Bruxelles : 35% d'entre-eux sont âgés de 18 à 34 ans ; même pourcentage pour les 35-54 ans. Par contre, contrairement à la Région bruxelloise, les différences entre classes sociales sont beaucoup moins tranchées. À noter encore que l'électorat cdH en Wallonie est davantage issu des petites communes (43%) que des grands centres urbains (10%).

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK