Baromètre politique: top départ de 14 mois de campagne

N-VA toute puissante et sans doute bien plus que depuis le début de la législature. Selon notre baromètre Kantar TNS, la N-VA est le seul parti de pouvoir à faire aussi bien qu’au dernier scrutin qui représentait pourtant le maximum historique du nationalisme flamand !

Avec un Vlaams Belang, lui aussi en progrès, ce nationalisme (40% des intentions) ne s’est sans doute jamais aussi bien porté !

Identité et sécurité

Pourtant, il n’a sans doute jamais été aussi peu question au nord du pays d’indépendance ni même d’une plus large autonomie de la Flandre. La N-VA semble avoir réussi sa mue en parti de droite conservateur, ultra-libéral, sécuritaire, antisystème voire populiste. Et en Flandre, visiblement ça marche ! Et cela se confirme dans le soutien aux gouvernements : 63% d’opinion favorable pour le gouvernement de Geert Bourgeois, 55% pour celui de Charles Michel… qui en devient l’homme politique préféré des Flamands, devant les leaders de la N-VA.

Le paradoxe MR

A l’inverse, Charles Michel n’est que 7ème en Wallonie alors que son parti serait en tête d’une courte tête ! Le Premier Ministre y est devancé par Didier Reynders ou Olivier Maingain, se situant au même niveau que Jean-Marc Nollet, pourtant piètre faiseur de voix. Charles Michel semble clairement identifié à son gouvernement qui ne recueille "que" 33% d’opinion favorable wallonne.

Malgré cela, les libéraux gardent l’espoir de redevenir le premier parti francophone. Reste pour eux à trouver le positionnement politique adéquat. En matière de visites domiciliaires, Wallons et Bruxellois sont d’un avis différent des Flamands et l’électorat à la droite du MR reste marginal. La bataille électorale qui s’engage se déroulera au centre au sud du pays. Il restera aux libéraux à assumer en même temps son alliance avec la N-VA qui va se sentir pousser des ailes et accentuer son discours droitier.

Le PS convalescent

Si le MR peut songer à la première place, il le doit principalement à l’effondrement du Parti Socialiste (-8,8%), qui toutefois donne des signes de regain. Le PS remonte par rapport au baromètre d’octobre (+1,7%), ce qui reste toutefois inférieur au rival bleu (+2,7%). Mais si pour le MR le combat se déroulera au centre, pour le PS cela sera à gauche et constitue une première pour lui depuis très longtemps.

En Wallonie, en effet, la mauvaise santé socialiste correspond à une embellie à gauche. Celle-ci n’a jamais été aussi forte dans les intentions de vote depuis plus de 50 ans et fait inédit, la gauche non-socialiste (ECOLO + PTB) fait mieux que le PS.

Les Verts se portent bien dans les trois régions du pays, mais par rapport à un très mauvais résultat en 2014. Le PTB n’est plus " qu’ " à 10,6%, un score doublé mais loin des dernières enquêtes d’opinion.

Entre une N-VA sûre de son fait, des Verts en redressement et surtout toutes les autres formations qui, à des degrés divers, se cherchent, place désormais à 14 mois de campagne électorale.

 

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK