Baromètre entre "fièvre verte" et "gauche non-socialiste"

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Cela pourrait devenir une constante de la vie politique au sud de pays : les scandales politico-financiers font grimper Ecolo.

En 1999, suite au scandale de la dioxine, d’Agusta-Dassault mais aussi après l’affaire Dutroux qui avait discrédité les institutions, Ecolo triomphait dans les urnes et entrait dans les gouvernements.

En 2009, la campagne a été marquée par l’affaire Donfut et ce peu de temps également après les scandales ayant frappés le PS à Charleroi.

Dans les deux cas, Ecolo avait dépassé les 18% en Wallonie. 1999, 2009, … 2019 ? Y a-t-il un atavisme vert des années en 9 ?

Dans le peloton de tête

Mais à la différence des succès précédents, cette fois, Ecolo talonne les deux autres formations : 18,5% en Wallonie pour 21,5% au PS et 21,4% au MR. Ecolo n’a jamais été aussi proche de la première place.

Si cette fois, il peut bénéficier du rejet des partis traditionnels après les affaires Publifin et Samusocial, Ecolo apparaît sans doute pour l’électeur comme une alternative "crédible" là où le vote pour le PTB constituerait plus un "coup de gueule" contre le système. Le travail des députés écologistes dans les commissions Publifin, Samusocial voire Kazakhgate a notamment été plus conséquents que celui des néo-communistes.

A gauche, toute

La bonne forme d’Ecolo, la percée du PTB (qui triplerait malgré tout son score de 2014) font que désormais le vote à gauche est majoritaire en Wallonie.

Le vote de gauche serait même le plus important depuis… 1946, quand socialistes et communistes dominaient la Wallonie : PS + Ecolo + PTB représentent à présent près de 55% des intentions de vote.

La gauche patine partout en Europe mais triompherait en Wallonie, et comble du paradoxe, alors que le Parti Socialiste, figure historique, est au plus bas ! Il y a désormais à gauche, plus de voix en dehors du PS.

Le MR peine à convaincre. En cas d’élection, il perdrait des députés et Charles Michel s’il est le plus populaire en Flandre n’est que 5ème en Wallonie, derrière même Jean-Marc Nollet.

Face à cela, Ecolo semble en mesure d’être le pivot d’une future coalition wallonne.

Mais le remplacement des exécutifs n’aura lieu qu’après mai 2019 ; en dix-huit mois, tout peut encore changer.

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK