Barack Obama critiqué de toute part pour sa politique antiterroriste

Aux Etats-Unis, Barack Obama est sous le feu des critiques pour sa politique en matière de lutte contre le terrorisme. La réponse du président américain face à l’organisation Etat islamique ne convainc pas l’Amérique.

Barack Obama peine à démontrer le bien-fondé de sa stratégie antiterroriste. Il est contesté par l’opposition républicaine, ainsi que dans son propre camp. Pour plus de la moitié des Américains, sa réponse militaire face au groupe Etat islamique n’est pas assez agressive.

La menace jihadiste évolue aux Etats-Unis

L’attentat de San Bernardino, en Californie, a été perpétré par un couple d’assaillants qui se revendique de l’organisation Etat islamique. Selon le FBI, le couple marié, qui a tué 14 personnes le 2 décembre, s'est radicalisé avant de se rencontrer sur Internet.

La réponse du président Obama n’a pas convaincu: entraîner et équiper des combattants locaux contre les djihadistes, attaquer les sources de financement et de recrutement de Daesh, ou encore rechercher une solution diplomatique à la guerre en Syrie. Selon ses détracteurs, il n’a rien apporté de neuf.

L’unité contre le terrorisme se fissure aux Etats-Unis

Après les attentats du 11 septembre 2001, le président de l’époque, le républicain George W. Bush avait persuadé les élus des deux camps qu’il fallait partir en guerre et traquer les terroristes en Afghanistan et en Irak. Mais, cela n’a rien résolu.

Dès sa première élection, Barak Obama a refusé de reproduire les engagements militaires désastreux de son prédécesseur. Néanmoins, face à la progression de l’Etat islamique en Irak et en Syrie, il a dû se résoudre à lancer des bombardements aériens.

Pour les républicains, ce n’est pas suffisant. Ils accusent Barack Obama d’avoir sous-estimé la menace de Daesh.

Le terrorisme échauffe le débat politique aux États-Unis

En pleine campagne pour la présidentielle de 2016, si les critiques des candidats vont bon train, les solutions proposées par les candidats à la Maison Blanche ne sont guère plus convaincantes.

Les républicains font de la surenchère. Donald Trump veut fermer les frontières américaines aux musulmans. Le milliardaire américain a été sévèrement critiqué après cette nouvelle déclaration controversée. D’autres candidats républicains proposent l’envoi de troupes au sol…

Dans le camp démocrate, Hillary Clinton, semble avoir oublié qu’elle était à la tête de la diplomatie américaine au début du conflit syrien. Elle prend ses distances avec Barack Obama. Mais, dans le fond, elle ne dit rien de différent.

Face à la menace du groupe Etat islamique, les responsables américains font beaucoup de bruit. Mais, ils ne proposent aucune stratégie claire et efficace.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK