Aux armes, citoyens...!

Alors, pourquoi faire la fine bouche ? Après tout, tant qu'il y aura des guerres, il y aura des fabricants et des vendeurs d'armes. Si nous ne les vendons pas, d'autres le feront. Et même les soldats de la paix ont besoin d'armes pour s'interposer entre belligérants...

Mais pourquoi cet étrange malaise dès que nous avons commencé notre enquête ? Pourquoi les portes se ferment-elles dès qu'il est question de la FN, des marchés obtenus, des règles pour accorder les licences ? Pourquoi cette chape de plomb digne d'un secret défense en temps de guerre ? Christine Lenaerts et Anne-Françoise Leleux se sont heurtées à d'épaisses murailles dressées autour de ce qui constitue pourtant une entreprise 100% publique. Pourquoi seuls les ouvriers ont-ils eu le courage de défendre leur bifteck, pas dupes d'ailleurs de l'étrange client que peut constituer le guide suprême de Libye, au pouvoir depuis plus de quarante ans. A Questions à la une, nous aimons les défis et nous n'aimons pas les portes qui se ferment. En suivant notre enquête sans tabous ni faux-fuyants, vous comprendrez donc pourquoi nous avons osé cette question : La Wallonie a-t-elle vendu son âme au diable ?

Des armes, il en est également beaucoup question lorsqu'il s'agit de hold-ups. Il n'est semble-t-il guère malaisé de s'en procurer, y compris des armes de guerre. Mais il y a beaucoup plus simple : il existe des imitations plus vraies que nature et là en acquérir relève du jeu d'enfants. Au sens propre d'ailleurs puisqu'on assiste parfois à des braquages commis par des mineurs à l'aide de fausses armes vendues dans le commerce. Olivier Badart s'est interrogé sur ce phénomène interpellant.

Tout aussi interpellant cet étonnant document réalisé par des confrères français et que nous vous présentons aujourd'hui : aux quatre coins de la planète, les armées enquêtent souvent dans le plus grand secret sur le phénomène des objets volants non identifiés. Un secret lié à la peur de l'autre : lorsqu'ils sont confrontés à des témoignages troublants, les états-majors ont tendance, par réflexe, à privilégier la piste d'une arme secrète détenue par une puissance étrangère. Aujourd'hui que la guerre froide est enterrée, certaines armées brisent le silence, comme en France. Et on s'étonnera du nombre de phénomènes inexpliqués auxquels des pilotes ont été confrontés. Sans connaître l'origine de ces étranges objets volants, l'immensité du ciel n'a apparemment pas encore livré tous ses secrets...

 

Pierre Marlet  Chef de Production et d'édition de Questions à la une

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK