Affaire Moreau : à la recherche des "mains invisibles"

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Depuis décembre 2016, la Wallonie, bien au-delà de Liège, se débat dans le scandale Publifin-Nethys. Démission de ministre, prétexte à revirement de coalition, commission d’enquête ravageuse, de mises à l’écart en restructuration, mises sous tutelle et vente sauvages écartées in extremis, voilà à présent le temps des arrestations. Des arrestations où on retrouve ceux qui venaient jurer la main sur le cœur devant le Parlement wallon tout le bien qu’il fallait penser de leur gestion exemplaire.

Politique

L’affaire démarre par une "banale" question d’argent versé par une intercommunale à des conseillers communaux pour ne rien faire. Plusieurs d’entre eux se verront condamnés, plus symboliquement qu’autre chose. Le feu judiciaire s’est rapidement déplacé sur d’autres figures. Mais est restée en suspens cette question : qui a désigné ces troisièmes couteaux de la politique communale pour siéger dans ces "comités de secteurs" que l’on savait coquilles vides et allocataires de maigres prébendes ? Sont-ce les mêmes qui ont laissé agir Stéphane Moreau et les siens ? Au nom d’un outil prétendument public devenu monstre protéiforme.

Stéphane Moreau avait reçu un mandat de la superstructure politique Publifin. Qu’en est-il donc de ses mandants politiques ? Ces "mains invisibles" mises au courant, paraît-il, des moindres tractations et qui ont donc laissé faire et qui sont étrangement silencieuses depuis des mois ?

Responsabilité

Depuis des années, Tecteo, Nethys et ses avatars multipliaient les astuces pour s’exonérer des règles. A la manœuvre, Stéphane Moreau. Au nom d’un développement économique liégeois, les responsables politiques locaux ont laissé faire.

Longtemps, Stéphane Moreau représentait un des rouages essentiels de la fédération liégeoise du PS, distribuant les mandats dans les diverses structures, usant de son influence, en bonne intelligence avec les autres responsables socialistes locaux, le "club des cinq".

Dans la même logique, les opérations financières autour des filiales de Nethys se sont déroulées dans le même entre-soi liégeois. Ce petit monde, souvent même au-delà du seul cercle socialiste, finira par adopter les réflexes de la citadelle assiégée. Liège contre le reste de la Wallonie. Jusqu’à la chute de Stéphane Moreau. Soudainement bien seul. Ces derniers jours, les réactions politiques se font rares.

Stéphane Moreau a sans doute fini par échapper à ceux qui l’ont créé et laissé agir. Mais ceux-là n’en portent pas moins la responsabilité des dérives et pratiques qui intéressent la Justice aujourd’hui. Si Stéphane Moreau a agi de la sorte, c’est aussi parce que des "mains invisibles" l’y ont aidé, ne fût-ce que par leur bienveillance, incompétence, apathie ou intérêt politique immédiat.

 

@PhWalkowiak

 

Nethys: Stéphane Moreau sous mandat d'arrêt (JT 24/01/2021)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK