Accords gouvernementaux : en vert et quelques flous

Philippe Walkowiak
Philippe Walkowiak - © RTBF

Une nouvelle déclaration gouvernementale, cela sent toujours le frais et les bonnes intentions. Les nouveaux accords wallon et communautaire ne dérogent pas à la règle. Il y a toujours ce souci de bien faire, cette volonté d’aller de l’avant, de rendre le monde plus joli qu’il n’est. La réalité des chiffres, les contingences budgétaires et les tensions particratiques sont (provisoirement) remisées dans l’armoire à grognons.

Vert, j’espère

Les rapports de force nés des élections n’ont pas permis au PS de créer la "majorité de gauche" qu’il appelait de ses vœux. Socialistes et Ecolo ont tenté de faire semblant d’y croire avant que la réalité arithmétique ne s’impose à eux. Le MR revenant dans le parcours, Ecolo ne constituait plus un appui nécessaire. Libéraux et surtout socialistes tenaient pourtant à garder les écologistes à bord, histoire de ne pas constituer une coalition de battus. Cela a permis à Ecolo de verdir çà et là l’accord gouvernemental wallon et de la Fédération. Mais tous ces engagements demeurent fragiles. De nombreuses mesures seront étalées dans le temps, n’auront d’effet qu’en toute fin de législature (à voir), reposent sur un financement hasardeux ou ont été édulcorées comme en matière de bonne gouvernance.

Pour les partenaires, l’essentiel est ailleurs : Ecolo obtient une réelle marque verte, PS et MR conservent cette caution écologiste dont ils avaient politiquement besoin pour entamer la législature. Il restera à vérifier si les Verts termineront celle-ci.

Bleu, je veux

Le PS ne voulait pas du MR, il va donc devoir se le coltiner. Le PTB ne manquera pas d’appuyer où cela fait mal. Les libéraux obtiennent l’abrogation du décret "inscriptions", mais sans que l’on sache ce qui sera instauré à la place. Par ailleurs, chacun des coalisés se réjouit des quatre milliards d’investissements dans l’économie wallonne. Il ne reste "plus qu’à" trouver l’argent. Cela valait bien de remettre l’équilibre budgétaire à la prochaine législature alors que le MR s’était engagé à y revenir dès cette année.

Le casting ministériel apportera la dernière touche sur les nouveaux rapports de force. L’"arc-en-ciel" osera-t-il la parité H/F dans ses gouvernements ? Va-t-on enfin réduire la pléthore de ministres à la Fédération Wallonie-Bruxelles ?

Une dynamique tente d’exister… puisse-t-elle ne pas se fracasser trop vite sur les réalités budgétaires et sur les économies (aussi inconnues que drastiques) que les nouvelles mesures sous-tendent immanquablement.

 

@PhWalkowiak

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK