A Ninove, le candidat d'extrême droite espère toujours devenir bourgmestre

Le 14 octobre dernier, le député flamand du Vlaams Belang, Guy D’haeseleer, avait raflé 40% des voix avec sa liste Forza Ninove. Sa formation s’était retrouvée à 2 sièges d’une majorité absolue. Il ne lui restait donc plus qu’à séduire un partenaire pour former une nouvelle coalition dans cette commune de Flandre orientale.

L’Open VLD avait d’emblée refusé toute coalition. La N-VA avait pour sa part hésité, les nationalistes flamands n’étant pas favorables au cordon sanitaire autour de l’extrême droite. Mais Bart De Wever avait finalement tranché, ordonnant à la section locale de rejoindre l’opposition.

Sa décision était intervenue après l’apparition d’une photo raciste, publiée sur la page Facebook de Guy D’haeseleer, dans laquelle le chef de Forza Ninove associait des enfants africains à une mousse au chocolat. 

Malgré le refus de la N-VA de coaliser avec Forza Ninove, l’homme fort de la liste d’extrême droite ne lâche pas prise.

Face à l’absence d’un partenaire, et donc à l’impossibilité de former une coalition, on aurait pu croire qu’il allait consentir à rempiler dans l’opposition. Mais dans une interview, accordée hier à la matinale de Radio 1, Guy D’haeseleer semblait particulièrement confiant.

Depuis un mois et demi, il aurait, d’après ses dires, multiplié les contacts, dans le but de convaincre certains élus, voire de les inciter à quitter leur formation. Après tout, il ne lui faudrait que deux candidats pour mettre en place sa majorité. Selon lui, les discussions vont bon train. Il estime même avoir 80% de chance de réussir. 

Est-ce que ce scénario pourrait finalement devenir une réalité?

Jusqu’ici, face au risque de rupture du cordon sanitaire, l’avenir de la commune de Ninove était devenu un sujet national. Mais aujourd’hui, les médias et le milieu politique en parlent beaucoup moins. Pendant ce temps, en toute discrétion, Guy D’haeseleer n’aurait donc pas chômé.

Pour lui mettre la pression, l’actuelle bourgmestre de Ninove, la libérale Tania De Jonge, lui a donné jusqu’au 1er décembre pour former une coalition, sans quoi, elle entamera elle-même des concertations. Inutile de dire que le leader de Forza Ninove n’a pas vraiment été impressionné par cet ultimatum. Qualifiant le comportement de sa rivale d’arrogant, il a répondu qu’il ne jetterait pas l’éponge. Pour lui, tous les moyens sont bons.

Guy D’haeseleer n’exclut pas de former une coalition minoritaire, avec le soutien de certains membres de l’opposition. Il se dit également prêt à céder l’écharpe maïorale à une autre personne, provenant d’un autre parti, entendez par là la N-VA. L’objectif serait, selon lui, de former un collège échevinal dans lequel Forza Ninove joue un grand rôle, pour ne pas négliger le choix des citoyens. Aux yeux du candidat bourgmestre, si l’on veut encore donner un sens au mot démocratie, il va falloir respecter le résultat des élections. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK