7 jours au lieu de 14 : quand et combien de temps faut-il se mettre en quarantaine ou en isolement ?

En suivant l’exemple de la France, le Conseil National de Sécurité (CNS) a choisi de diviser par deux la durée d’isolement nécessaire pour une personne asymptomatique qui a été en contact avec une personne positive. Ce qui permettra "de diminuer l’impact social… et économique sur la communauté", a fait remarquer le porte-parole interfédéral coronavirus Yves Van Laethem.

Mais cela suscite beaucoup de questions, auquel le centre de crise a tenté de répondre lors de sa conférence de presse de ce vendredi. Il a donc reprécisé la procédure en vigueur à partir du 1er octobre.

Dans toutes les maladies infectieuses, le fait de ne pas entrer en contact avec d’autres personnes quand on est porteur est un élément fondamental, a-t-il rappelé. Mais il faut distinguer quarantaine et isolement, qui ont chacun leur procédure :

L’isolement

"C’est ce qui s‘applique lorsqu’on a des symptômes. Ça doit être le réflexe : dès qu’on présente des symptômes de la maladie, on s’isole et on contacte son médecin traitant."

Attention, ces symptômes peuvent parfois survenir quelques jours après un test négatif. "Ils sont cardinaux, insiste Yves Van Laethem, et doivent dépasser le test négatif et donc vous faire contacter votre médecin"

Quels symptômes ? "Pas un nez qui coule, ça ce n’est pas un symptôme."

Il y a des symptômes spécifiques au coronavirus, comme le trouble du goût et de l’odorat ou d’autres plus communs, comme l’apparition brutale de température, l’apparition brutale de toux, ou le syndrome grippal classique avec fièvre et sensation de chaud-froid et de fatigue.

Tous ces symptômes doivent conduire à contacter le médecin, qui décidera s’il y a lieu de passer un test.

==> si le test est négatif : vous pouvez sortir d’isolement

==>si le test est positif, vous devez rester en isolement au moins pendant 7 jours.

Au moins, car pour pouvoir reprendre une activité, il faut que vous n’ayez plus de température depuis 3 jours, et que vous alliez mieux. La période d’isolement peut donc durer plus de 7 jours, si vous présentez encore des symptômes.

==>si vous avez effectué un test positif, mais n’avez pas de symptôme : la règle est la même, isolement de 7 jours.

Attention, il ne faut pas effectuer de nouveau test : "On sait désormais qu’on peut rester "positif" pendant des mois, ça ne veut pas dire qu’on est contagieux, mais simplement qu’on n’a pas encore éliminé complètement des "déchets" de virus"

 

La quarantaine

C’est ce qu’on applique en cas de "contact à haut risque" avec une personne infectée ou de retour de voyage dans les zones rouges.

C’est quoi un contact étroit ? C’est un contact de plus de 15 minutes, à moins d’un mètre cinquante. Si on apprend qu’une personne avec qui on a eu ce type de contact a été déclarée positive, on se met en quarantaine.

On s’isole, et on va pratiquer un test après 5 jours.

==>Si le test est négatif, on peut sortir à J + 7, mais tout en gardant des précautions : "Il reste une période de 7 jours pendant laquelle un risque existe et pendant laquelle on vous demande d’appliquer strictement les conseils de prévention."

==>Si votre test est positif : alors, on rentre dans la procédure d’isolement décrite ci-dessus.

Cette procédure de quarantaine vaut aussi pour les retours de zone rouge.

Le PLF que l’on doit remplir avant de rentrer en Belgique va être complété de questions supplémentaires pour voir si vous courez un réel risque. Car l’important n’est pas tant où on a été que ce qu’on a fait : "Il y a une différence entre aller dans discothèques bondées ou faire des promenades seul à la campagne". Les réponses à ce questionnaire détermineront si la quarantaine doit être observée ou non.

Et pour les retours de zone orange ? Les personnes de retour de zone orange ne doivent plus appliquer de quarantaine, car il y a peu de différences de circulation du virus dans ces zones avec celle dans notre pays.

Dans tous les cas : si l’on prend les mesures de précaution, et de distanciation, on n’est plus qu’un contact à faible risque et on ne doit alors de toute façon pas se mettre en quarantaine.

 

Et dans les écoles ?

Il y a des mesures spécifiques pour les écoles : "Les enfants ne sont pas le MOTEUR de la transmission, et il est important qu’ils puissent être scolarisés".

En maternelles :

Les petits enfants sont très souvent l’objet d’attaques virales, dont il est peu probable que le Covid soit le déclencheur. pas besoin de prendre de mesures donc, d’autant que les petits enfants légèrement malades n’ont pas d’impact sur les autres enfants.

PAR CONTRE, les adultes sont à risque potentiel, et si les adultes ont des symptômes, ils doivent eux se faire tester.

S’ils sont positifs, les enfants qui ont été en contact avec eux doivent être mis en quarantaine.

En primaires

Si un enfant est positif, les autres enfants sont considérés comme à faible risque.

Idem si le prof est positif, car comme le professeur doit porter un masque, ses contacts sont à faible risque également.

En secondaires

Pour les adolescents, le risque est identique à l’adulte, donc les mêmes règles s’appliquent. S’il a quelqu’un de positif dans l’école, tous ses contacts sont considérés comme à hauts risques, et doivent se mettre en quarantaine mais uniquement eux.

Exceptionnellement, si le virus circule beaucoup, et si les contacts sont nombreux, il peut y avoir la nécessité de fermer une classe ou une structure complète, mais ces cas doivent être minoritaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK