Publifin (ex-Tecteo), un empire aux contours flous

Publifin (ex-Tecteo), un empire aux contours flous
Publifin (ex-Tecteo), un empire aux contours flous - © VICTORIA DESSART - BELGA

Vingt-quatre mandataires locaux perçoivent de très généreuses rémunérations pour siéger dans trois organes d'avis "bidon" internes à Publifin, l'intercommunale qui contrôle à 100% l'entreprise Nethys (Voo, BeTV, L'Avenir), rapporte mardi Le Vif sur son site internet.

Ces réunions se tenaient de manière très irrégulière. Et en plus, ces comités n'avaient aucun pouvoir de décision. Le ministre wallon Paul Furlan vient d'annoncer une enquête.

Un empire aux contours flous

Quand vous entendez Publifin, pensez d'abord Tecteo et reliez ces deux noms à toutes ces autres marques : Nethys, Voo, Intermosane, Resa, Télédis, Editions de l'Avenir, Association Liégeoise du Gaz, Association Liégeoise d'électricité.

Le groupe a plusieurs fois changé de nom. C'est un empire aux contours flous avec, à sa tête, deux des hommes les plus puissants de la région liégeoise : les socialistes Stéphane Moreau et André Gilles. Stéphane Moreau, bourgmestre d'Ans, tombeur de Michel Daerden, à la parole réputée brutale. André Gilles, sérésien, président du gouvernement provincial est moins connu mais tout aussi influent.

Rachats et fusions

Tecteo-Nethys-Publifin, c'est à l'origine une intercommunale issue de l'Association Liégeoise d'Electricité, et de multiples rachats et fusions. "Un Frankenstein qui échappe à tout contrôle", avait commenté en 2013 le premier ministre Charles Michel. Et effectivement, le groupe, public, n'obéissait à aucune tutelle. Les membres du conseil d'administration avaient même délégué tous leurs pouvoirs de décision à une structure-bis de droit privé.

Ses actionnaires, ce sont 76 communes et la Province de Liège. C'est la raison pour laquelle des élus communaux sont représentés dans ses comités de secteur. Mais ces comités ne décident rien. Il reçoivent juste de l'information. Il est permis, dès lors de se demander pourquoi il fallait leur verser autant d'argent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK