Bonbonnes de gaz à Paris: deux frères et leurs amies gardés à vue, deux femmes recherchées

Deux frères et leurs compagnes étaient en garde à vue jeudi en France et deux femmes recherchées dans l'enquête ouverte après la découverte à Paris d'une voiture contenant six bonbonnes de gaz, sans dispositif de mise à feu, a-t-on appris ce jeudi de source policière.

Un homme de 34 ans et une femme de 29 ans, connus pour appartenir à la mouvance islamiste radicale, avaient été arrêtés mardi sur une aire d'autoroute du sud de la France, dans cette affaire prise très au sérieux moins de deux mois après l'attentat de Nice (86 morts).

Un second couple, âgé de 26 ans, a été interpellé dans la nuit de mercredi à jeudi près de Montargis (centre), selon une source policière. "Il s'agit de deux frères et de leurs compagnes", a précisé une source proche de l'enquête, sans préciser comment les enquêteurs étaient remontés jusqu'à eux et quels étaient leur rôle éventuel dans cette affaire.

Le propriétaire de la voiture, connu pour des faits anciens de prosélytisme islamiste, a lui été relâché mardi soir après avoir été entendu par les enquêteurs. Sa fille, qu'il a décrite comme radicalisée, est en revanche toujours recherchée, selon une source policière.

Dimanche, un employé de bar parisien avait signalé la présence d'une bouteille de gaz sur un siège d'une voiture stationnée, feux de détresse allumés et sans plaques d'immatriculation.

Projet d'attentat ?

La bonbonne était vide. Mais les policiers ont découvert dans le coffre cinq autres bouteilles de gaz pleines, sans système d'allumage, selon une source proche de l'enquête.

La voiture était stationnée dans une petite rue de la capitale proche de la Seine, en face de la cathédrale Notre-Dame visitée par des milliers de touristes et fidèles.

Le parquet antiterroriste de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour association de malfaiteurs terroriste criminelle. Il s'agira notamment de savoir s'il y avait un projet d'attentat ou non.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK