Gouvernement wallon: 178 mesures pour le climat

Le gouvernement wallon de ce jeudi était plus spécialement consacré aux suites de la COP 21, la Conférence de Paris sur le climat. L’objectif, c’est de maintenir l’élévation de température sous les 2°C. Le gouvernement a, dans ce cadre, expliqué le détail des mesures qu’il a prises.

Pour chauffer la salle…

Inter-Environnement Wallonie voulait mesurer cet engagement. A l’entrée de l’Elysette, les militants de l'association avaient dressé un portique. Deux portes: l’une verte, symbolisant ce que IEW considère comme des choix opportuns pour améliorer le climat, et l’autre noire, regroupant les idées que les environnementalistes jugent préjudiciables. Chaque ministre était prié de choisir une de ces portes d’entrée pour accéder au gouvernement.

Sans surprise, tous ont choisi la verte. A deux exceptions notables: le PS Jean-Claude Marcourt, apparemment heureux d’éviter la cohue et le cdH Maxime Prévot qui, lui, s’est raidi reprochant à IEW d’être caricatural. D’ailleurs, concluait le ministre avant de refuser de passer sous les portiques, "si Inter-Environnement Wallonie faisait dans la nuance, ça se saurait."

2, 5 milliards

A sa façon, et à lui seul, Maxime Prévot venait de rafraîchir le climat! Mais pour faire bonne figure, le gouvernement devait ensuite exposer ses mesures censées exercer un effet plus durable. Pour entretenir la flamme de Paris, amplifier l’engagement pour une évolution climatique mieux maîtrisée, les ministres wallons annonçaient qu’ils mettaient sur la table 2,5 milliards d’euros.

La somme peut paraître importante au regard du budget wallon. Elle l’est! Mais il ne faut pas imaginer qu’elle couvre des décisions prises ce jeudi. En fait, le gouvernement wallon a surtout recensé ce qu’il a déjà en magasin et qui peut être classé "Climat". A côté, il ajoute quelques dispositions nouvelles.

Subventions, investissements et compagnie

Il n’empêche: le mouvement de fonds est appréciable. Il inclut des subventions et des engagements financiers internationaux, des mesures spécifiquement tournées vers la performance énergétique des entreprises et des ménages, le développement de sources d’énergie considérées comme plus durables et, au final, le contrôle de l’efficacité des dispositions. Au total, 178 mesures qu’il serait fastidieux de détailler ici.

Mais aussi la tarification progressive de l’électricité

Un mot a aussi été consacré à la tarification progressive de l’électricité. Le plan imaginé lors de la précédente législature par le ministre Écolo Jean-Marc Nollet, plan déjà fort contesté à l’époque par ses partenaires, a été jugé inapplicable et est mis à la poubelle sans autre forme de procès.

A la place, le ministre PS Paul Furlan avance d’autres dispositifs. Les clients plus aisés – et souvent plus gros consommateurs – ne seront pas mis d’avantage à contribution. En revanche, une subvention de 5 millions d’euros ira du gouvernement wallon aux CPAS pour aider les publics défavorisés à économiser une énergie dont souvent le coût pèse de façon sérieuse sur leur budget.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK