Le prix politique du RER - Les coulisses du pouvoir

Une fois de plus, Jacqueline Galant se retrouve en pleine polémique. Et une fois de plus elle oblige Charles Michel à descendre dans l’arène se salir les mains pour venir au secours d’un de ses ministres. Analysons la séquence, pour tenter de comprendre… La ministre assure devant le parlement qu’il n’y plus de moyens mais qu’il n’est pas nécessaire de passer à 4 voies sur les lignes vers Nivelles et Ottignies. Scandale, travaux inutile, gaspillage, injustice, le tollé est général. Hier en soirée, elle explique qu’on la mal comprise et que la mise à 4 voies sera effectuée. On ne l’a évidemment pas mal comprise. Elle a fait un 180 degré, et changé de discours.

La question : que s’est-il passé entre ces deux moments ?

La clef est au 16 rue de la loi, chez le Premier Ministre. En fin de journée hier, un communiqué de Jean Paul Whal, patron du MR en brabant Wallon affirme que la mise à 4 voies sera effectuée. Une affirmation que ce très proche de la famille Michel tient dit-il directement du premier ministre. Un communiqué confirmé par après par le 16 ou l’on comprend que Charles Michel a repris le dossier en mains à sa ministre, la recadrée comme on dit. On peut aussi comprendre que ce recadrage a eu lieu sous la pression des barons locaux du MR en brabant wallon qui ont senti que cet abandon en rase campagne brabançonne allait leur coûter cher. C’est la version numéro un. Celle d’un premier ministre surpris par sa ministre et qui la force à changer son fusil d’épaule.
Mais il reste quand même une part de mystère. Est-il possible que sur un dossier aussi sensible et médiatisé Jacqueline Galant avance seule sans être couverte par le premier ministre ? Je n’ai pas de réponse à ce stade à cette question…

Le RER à 4 voie se fera-t-il donc ?

Là non plus je n’ai pas de réponse à cette question. L’engagement est pris on l’entend. Mais quand se fera t-il et surtout à quel prix ? A quel prix politique j’entends. Qu’est-ce que les partenaires flamands, la NVa en tête, vont demander pour offrir le RER aux francophones maintenant que le premier ministre a mis son crédit personnel dans ce dossier. Certains pointent déjà un RER à Anvers, ou des demandes de scission des lignes. Jacqueline Galant n’a pas fragilisé que sa personne, mais tous les francophones dans cette affaire…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK