Prolongement des centrales Doel 1 et 2: l'accord tarde, le temps presse

Toujours aucun accord final en vue au sein du gouvernement quant à la convention avec les propriétaires des centrales.
Toujours aucun accord final en vue au sein du gouvernement quant à la convention avec les propriétaires des centrales. - © ERIC LALMAND - BELGA

Les centrales nucléaires de Doel 1 et 2 vont-elles vraiment être prolongées de 10 ans comme le souhaitait le gouvernement Michel ? À chaque jour qui passe, on peut en douter davantage. Vendredi dernier, la ministre de l'Énergie, Marie-Christine Marghem (MR) a reçu une nouvelle fois consigne du gouvernement : il faut finaliser un accord avec les propriétaires des centrales, un texte à "couler" en loi d'ici la fin du mois. Or jusqu'à présent, on ne voit rien venir.

Dans ce dossier, il y a toujours plus de questions que de réponses. Le 18 juin, la Chambre approuvait la prolongation de Doel 1 et 2 pour 10 ans. Fin juillet, Electrabel et la ministre de l'Énergie annonçaient un accord sur une convention fixant les modalités financières de la relance : fixation d'une redevance annuelle à 20 millions d'euros jusqu'en 2025, réduction progressive de la rente nucléaire si longtemps contestée par Electrabel (200 millions en 2015, 150 en 2016, puis selon une nouvelle formule tenant compte des coûts, de la production, du prix de l'électricité, avec un maximum de 40% de la marge bénéficiaire).

En contrepartie : 700 millions de travaux de rajeunissement des centrales concernées.

En pleine renégociation ?

Marie-Christine Marghem annonçait alors un texte de loi officialisant l'accord pour la rentrée. Sauf que, depuis, plus rien, sans que l'on comprenne bien ce qui patine.

La convention de juillet reste confidentielle, le gouvernement refuse de la divulguer. On serait même en pleine renégociation, certains partis de la majorité considérant, comme l'opposition, que l'on a fait un "cadeau" à Electrabel en réduisant la rente nucléaire. Un autre acteur, EDF, co-propriétaire des centrales, aurait été oublié dans la discussion.

Autrement dit, toujours aucun accord final du gouvernement sur la convention avec les propriétaires des centrales. Et le temps file. Une seule chose est sûre : sans vote au parlement et publication au Moniteur d'ici le 30 novembre de l'accord final avec Electrabel et EDF Luminus, Doel 1 et Doel 2 pourraient ne jamais être relancées.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK