RTBFPasser au contenu

Theo Francken invite les Irakiens à ne pas venir en Belgique

Après un message via Facebook, c'est par courrier envoyé nominativement aux demandeurs d'asile séjournant dans les centres ouverts que le secrétaire d'Etat à l'Asile et aux Migrations invite les ressortissants à rester/retourner en Irak, où les conditions de sécurité ne seraient plus, selon ses services celles qui prévalaient en 2014.  L'enveloppe comporte le logo du service public fédéral Intérieur ainsi que l'adresse de l'Office des étrangers.

Le courrier a été envoyé en anglais et en arabe. La page écrite en anglais est signée Theo Francken. Il y explique que les demandes d’asile irakiennes sont gelées depuis le 7 septembre par le CGRA, le Commissariat Général aux Réfugiés et aux Apatrides, qui souhaite effectivement examiner quels sont les dangers réels dans la région de Bagdad, sous-entendant qu'ils ne seraient plus de nature à permettre une demande d'asile. Le secrétaire d'Etat rappelle que l'administration a gelé les demandes venues de la région de Bagdad. Mais le courrier va plus loin. Il invite les candidats à rentrer "volontairement" chez eux, photo d'une valise à l'appui.

"On aura même droit à une valise gratuite", ironise un réfugié

"Ce courrier est aussi envoyé avec une brochure sur le retour volontaire. C’est pour cela que l’ensemble est un peu dérangeant dans le sens où ça a créé beaucoup de troubles parmi les demandeurs d’asile irakiens, mais également ça nous pose problème dans le sens où le gel des dossiers ne veut pas dire que l’on suppose que les personnes ne vont pas obtenir le statut de réfugié ou de protection subsidiaire", rappelle Caroline Intrand, co-driectrice du CIRE (Coordination et Initiatives pour Réfugiés et Etrangers).

L'adresse de contact pour les retours volontaires est également mentionnée.

Plusieurs quotidiens ayant évoqué ce courrier rapportent des témoignages d'Irakiens qui disent ne pas être dupes et savent qu'une fois à Bagdad, personne ne sera présent pour les accueillir, contrairement à ce qui est annoncé. Ils rappellent que sur place ils risquent l'enrôlement de force alors qu'ils refusent de participer à la guerre. Mais "si on retourne volontairement, on aura même droit à une valise gratuite", ironise l'un d'eux.

Au mois de septembre, 80 % des demandes d’asile irakiennes examinées ont débouché sur un statut de réfugié ou une protection subsidiaire, ce qui tend à prouver que les demandes introduites sont dans leur grande majorité justifiées. Le CIRE dénonce donc une nouvelle manœuvre de dissuasion de la part du Secrétaire d’Etat N-VA.

"Ces mesures laissent à penser que, dans l’esprit du Secrétaire d’Etat, il n’y a plus besoin de protection pour les personnes originaires de Bagdad. Or, c’est faux. Aujourd’hui, on ne peut pas présupposer de cela", précise le CIRE.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK