Parcours d'intégration: pourquoi n'y a-t-il pas d'obligation à Bruxelles?

Le parcours d'intégration obligatoire, avec des cours de langue et de citoyenneté n'existe pas à Bruxelles
Le parcours d'intégration obligatoire, avec des cours de langue et de citoyenneté n'existe pas à Bruxelles - © Photo Belga

Une fois que les nouveaux arrivants auront posé leurs baluchons, comment seront-ils accueillis? Le gouvernement wallon s'apprête ce jeudi à rendre obligatoire un parcours d'intégration. Des cours de français, de citoyenneté et un suivi de l'insertion socio-professionnelle. En Flandre, un tel parcours était déjà obligatoire. Mais à Bruxelles, ce n'est pas le cas.

Bruxelles est pourtant la porte d'entrée de très nombreux migrants, mais la Région bruxelloise ne propose pas de parcours imposé. Ce qui est prévu, c'est disons une version "light" du parcours d'intégration. Des bureaux d'accueil vont bien voir le jour (7 dont 2 prochainement).

Les nouveaux arrivants y seront aiguillés vers des cours de citoyenneté, de français, d’alphabétisation, et seront guidés dans les arcanes administratifs. Mais le projet est encore en gestation, peu étendu, et surtout pas obligatoire.

Côté néerlandophone, le bureau d'accueil "BON" existe déjà, il fait le plein avec une offre de cours très large mais aussi facultative.

Pourquoi n'y a-t-il pas d'obligation à Bruxelles?

Il y a longtemps eu des réticences idéologiques autour de questions de fond: comment faire si les gens ne participent pas, faut-il des sanctions voire conditionner des droits à ce parcours?

Alors, aujourd’hui, cette réticence n'est plus aussi forte qu’avant, et on le voit d'ailleurs en Wallonie où les socialistes et le cdH dans la majorité veulent une obligation.

Le frein principal à Bruxelles aujourd'hui est le coût: le public potentiel est vaste et les moyens, côté francophone, sont limités.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK