Interparking: "Les nouveaux parkings vont répondre à un vrai besoin"

Interparking: "les nouveaux parkings vont répondre à un vrai besoin"
Interparking: "les nouveaux parkings vont répondre à un vrai besoin" - ©

Dans le cadre de l'élargissement de son piétonnier et de l'entrée en vigueur d'un nouveau plan de circulation, la Ville de Bruxelles souhaite toujours créer trois nouveaux parkings sous les places Rouppe, de l'Yser et du Nouveau Marché aux Grains, le projet de la place du Jeu de Balle a lui été abandonné. Roland Cracco, administrateur-délégué d'Interparking, groupe implanté depuis plusieurs décennies dans la capitale, était l'invité de Vivacité Bruxelles ce vendredi matin.

De nouveaux parkings dans le centre-ville, c'est plutôt une bonne affaire pour vous...

Bien entendu, mais c'est surtout une bonne affaire dans la mesure où on répond à un besoin. Aujourd'hui 30% des voitures qui circulent en rue cherchent à se garer. Un piétonnier aussi important (50 hectares) va devoir être irrigué, des personnes vont devoir s'y rendre; à pied, en vélo, en transport en commun mais aussi en voiture et on va devoir répondre à ce besoin.

Les parkings existants ne répondent plus à ce besoin?

Les parkings existants sont déjà fortement remplis. Ca dépend des parkings et ça dépend des heures mais on est à des taux de remplissage de 60 à 70% sur 24 heures. Ce qui veut dire que souvent ces parkings sont remplis du matin tôt jusqu'en soirée et ils se délestent un peu dans le courant de la nuit. Certains parkings qui se trouvent dans des quartiers où il n'y a pas d'activité économique la nuit sont bien entendus vides. C'est ce qui explique qu'on arrive à ce taux de remplissage de 60 à 70%. Il faut se rendre compte qu'un parking rempli à 50%, c'est un parking qui est rempli à 100% de 8h00 à 20h00...

Ces nouveaux parkings ne vont-ils pas inciter les automobilistes à continuer de prendre leur voiture pour rejoindre le centre?

Nous sommes présents dans 300 villes en Europe. Ce que nous voyons, c'est que si on développe un piétonnier important - par exemple à Vienne en Autriche qui peut-être comparé à celui qui va être mis en place à Bruxelles - il faut que ce piétonnier reste accessible. Je crois qu'il faut éviter d'opposer les piétons aux cyclistes, aux automobilistes parce qu'en fin de compte, ce sont souvent les mêmes personnes qui en fonction de leurs envies et de leurs besoins choisissent d'aller à pied, de prendre leur vélo, de prendre les transports en commun ou de prendre leur voiture.

Comment réagissez-vous à l'abandon du parking sous la Place du Jeu de Balle?

C'est une décision politique, nous n'avons pas à nous positionner sur ce point là. Mais en tant que professionnels du parking, nous pensons que c'est une occasion ratée. Parce que si on se rend dans ce quartier on se rend compte qu'il y a beaucoup de voitures garées en surface et que ça aurait été une opportunité de les mettre en sous-sol. La surface est de trop bonne qualité pour qu'elle soit occupée par des véhicules. Je ne pense pas qu'un parking aurait défiguré cette place. C'est vrai qu'il aurait bien fallu le construire mais ça aurait pu se faire dans une période relativement courte et une fois ce parking construit, la place aurait repris la même utilisation qu'aujourd'hui.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK