Grève sauvage au TEC: le Parlement wallon veut responsabiliser les chauffeurs

Le député wallon Dimitri Fourny veut pouvoir sanctionner les conducteurs qui partent en grève sauvage.
Le député wallon Dimitri Fourny veut pouvoir sanctionner les conducteurs qui partent en grève sauvage. - © JOHN THYS - BELGA

Il y a quelques semaines, des conducteurs des TEC de Charleroi débrayaient sans prévenir. Une situation jugée inacceptable par plusieurs députés. Résultat : ils veulent à présent responsabiliser les auteurs de mouvements de grève sauvage.

"Cela consiste, en fait, à inviter la direction du TEC, avec l’appui du Gouvernement, à négocier avec les syndicats les modifications du règlement de travail afin de permettre de sanctionner les fauteurs de troubles qui, de manière isolée, créent des grèves sauvages et perturbent ainsi, de manière intempestive, la circulation des bus et le bon fonctionnement des TEC", nous a expliqué l’auteur de la proposition, le député wallon cdH Dimitri Fourny.

"Nous souhaiterions que, demain, soient pris en considération des éléments de fautes et que, dès lors, la sanction qui puisse s’appliquer soit constituée, par exemple, d’une absence ; que le jour de la grève provoquée soit considéré comme étant un jour d’absence injustifiée et si les faits devaient se répéter dans le temps, on pourrait alors être amenés à aboutir à un licenciement des personnes concernées."

En définitive, poursuit le député Humaniste, "il n’y a pas d’atteinte au droit de grève. Au contraire, on souhaite que le processus de concertation puisse être renforcé et que seuls les trublions isolés, qui ne respectent pas les règles, seront demain sanctionnés."

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK