Les courses verticales ont la cote

Les courses verticales, à ne pas confondre avec les vertical races, une discipline de ski et alpinisme, se sont surtout développées depuis le début des années 2000. Elles sont avant tout anglo-saxonnes puisque près de 51% d'entre elles viennent des États-Unis.

Leur symbole est l'Empire State Building Run'Up, dont la 38ème édition a eu lieu le 4 février dernier. Cette course annuelle voit s'affronter des coureurs du monde entier triés sur le volet et poursuivant un seul objectif : atteindre le 86e étage et gravir les 1575 marches le plus rapidement possible. Le record est actuellement établi à ce jour à 9 minutes et 33 secondes.

La Verticale de la Tour Eiffel, dont la première édition s'est déroulée le 20 mars 2015, gagne elle aussi en notoriété. Cette course ascensionnelle complète et ultra rapide qui offre un dénivelé de 279 m se présente sous la forme d'un contre-la-montre. À la différence des autres, les participants y étaient à l'air libre en extérieur et partaient de façon échelonnée. Pour des raisons de sécurité, la sélection y était drastique : seuls 60 concurrents ont été acceptés au départ.

Les épreuves du Vertical World Circuit, ou Circuit mondial de la course verticale, ont vu le jour en 2009 et sont aujourd'hui organisées dans les tours des plus hauts buildings, monuments, escaliers ou gratte-ciels du monde entier comme celle de l'International Commerce Center de Honk-Kong (324 m et plus de 2000 marches), la tour Mapfre à Barcelone ou encore le World Summit Wing Hotel de Pékin. À l'origine de ce circuit, 138 courses étaient recensées dans 22 pays. Elles sont à ce jour 200 présentes dans 36 pays.

Parmi les adeptes des courses verticales, ou "Towerrunners", on trouve des pratiquants avertis et habitués des trails ou marathons. Près de 100.000 coureurs dans le monde auraient déjà participé à l'une d'entre elles depuis la création des épreuves. Attirés par le défi et le sens de l'effort extrême, ces sportifs doivent être entrainés à l'exigence physique et à l'intensité que requièrent de telles courses. Elles ont d'ailleurs peu d'égaux, même dans les épreuves de montagne ou ultra trails.

La plus longue et difficile d'entre elles se situe en Allemagne près de Dresde à Radebeul. Les coureurs doivent effectuer 100 descentes et montées d'escaliers durant 24 heures, soit un total de 39.700 marches pour plus de 8000 mètres de distance à parcourir.

On compte parmi les champions actuels de cette discipline Thomas Dold, maître de l'Empire State Building Run'Up plusieurs années d'affilée, de la Tour Tapeil 101 la plus haute au monde et recordman de course à reculons. Il s'apprête d'ailleurs à disputer la Niesen Treppen Lauf, dans les Alpes suisses le 6 juin prochain. Cette course compte 11.674 marches jouxtant le funiculaire avec un départ dans la vallée pour une arrivée au sommet.

Les prochains rendez-vous devraient avoir lieu à Paris. Ce sera d'abord le 26 avril avec le dernier né de la famille des courses verticales, la Hyatt Tower Run, qui se déroulera au profit de l'association Les Petits Princes. La VertiGO est ensuite prévue le 29 mai à La Défense. L'ascension de la tour First et ses 48 étages (954 m), compte comme la plus haute du quartier d'affaires.

 

RTBF TENDANCE avec AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK