Charlie Hebdo : des libraires bruxellois menacés de représailles

"On se pose quelques questions, reconnait Cédric Maerschaelk, libraire à Jette. On prend ça plus ou moins au sérieux, malgré que je pense que c’est plus pour nous intimider." En arrivant sur place la première ce mercredi matin, l'employée de ce libraire a trouvé une enveloppe glissée sous la porte la veille au soir. A l'intérieur, un texte qui "recommande de ne pas propager les caricatures" du prophète sous peine de représailles sur "vous et votre commerce".

Police et parquet sur le coup

Lors de notre visite dans cette librairie, un agent de police était présent pour récupérer les images de vidéosurveillance et tenter d'identifier le suspect. Malgré cette affaire, Charlie Hebdo sera bien dans les rayons de Cédric Maerschaelk ce jeudi. "Si on commence à céder à ce genre de petites menaces, on ne va plus rien faire. Ce ne sont pas les libraires qui font les caricatures. Nous ne sommes que des intermédiaires."

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits. Quatre librairies auraient reçu le courrier. Le parquet prend "l’affaire très au sérieux. Même s’il s’avère que ce ne sont que des plaisanteries, c’est intolérable dans un contexte délicat comme aujourd’hui. L’auteur des lettres sera poursuivi."

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK