Quel casting pour le gouvernement Michel ?

Partants certains

MR

Charles Michel sera Premier ministre. Le plus jeune de l'histoire. Le bourgmestre de Wavre profite du désintérêt de la N-VA pour le poste, et du choix du CD&V de proposer Marianne Thyssen à la Commission européenne.

Didier Reynders sera vice-Premier ministre. Présent depuis 1999 au gouvernement fédéral, vice-Premier depuis 2004, l'Ucclois sera le poids lourd libéral. Le garant d'un accord de gouvernement de droite "assumée". Sa préférence va aux Affaires étrangères, compétences qu'il exerce depuis 2011 et où il se plait, comme il l'a déclaré ce matin sur La Première. En tant que Bruxellois, il lorgnerait, dit-on, sur Beliris, l'organe fédéral chargé, entre autres, des grands travaux d'infrastructure à Bruxelles.

N-VA

Jan Jambon sera vice-Premier ministre. Hier soir, sur la VRT, Bart De Wever a indiqué qu'il ne serait pas membre du gouvernement, dont il se disait "l’architecte". Mais le président de la N-VA disait "toute [sa] confiance" envers ceux qui l'avaient accompagné lors de cette négociation fédérale. Et au premier rang de ses collaborateurs, Jan Jambon, chef de groupe N-VA à la Chambre. Le bourgmestre de Brasschaat voudrait obtenir le département de l'Intérieur.

Johan Van Overtveldt sera ministre. Âgé de 59 ans, Johan Van Overtveldt est totalement inconnu de ce côté-ci de la frontière linguistiques. Ancien patron de la rédaction du magazine Trends, il a été élu au Parlement européen le 25 mai dernier. Docteur en Economie, il lorgnerait un poste ministériel lié aux Finances.

CD&V

Kris Peeters sera vice-Premier ministre. Une consolation ? Après avoir voulu se succéder à lui-même au gouvernement flamand, puis espéré devenir Premier ministre, le voilà donc "relégué" (si l'on peut dire) à un poste de vice-Premier. Que l'Anversois semble accepter. Avec quelles compétences ? On évoque, à bonnes sources, l'Economie et/ou l'Emploi. Ce qui "colle" avec le pédigrée de Kris Peeters : avant d'entrer en politique, Kris Peeters dirigeait l'UNIZO, l'organe représentatif des PME flamandes.

Koen Geens en sera aussi. Appelé à la rescousse pour remplacer au pied levé Steven Vanackere, déstabilisé par l'affaire ACW-ARCO, Koen Geens a pris goût à la politique. L'avocat d'affaires a attrapé le virus politique. Mais peu probable qu'il prolonge aux Finances.

Open VLD

Maggie De Block et Alexander De Croo sont certains de faire partie du gouvernement. Mais qui sera vice-Premier ? Avec quelles compétences ? Mystère. On évoque la Santé pour la docteure Maggie De Block.

Ceux qui peuvent espérer au MR

Avant tout, un qui n'en sera pas, c'est Olivier Chastel. L'actuel ministre du Budget devrait remplacer son président de parti à la Toison d'Or. Il l'a dit à demi-mot sur les ondes Bel RTL, Didier Reynders l'a plus ou moins confirmé également sur nos antennes. 

Il a été présent à la table de la négociation : Willy Borsus a toutes les raisons de croire qu'il fera partie du gouvernement Michel. Celui qui est vice-président du MR est un proche de Charles Michel. Pour l'accompagner, les Réformateurs ne manquent pas. On évoque les noms de Marie-Christine Marghem ou de Christine Defraigne (pour la Justice ?). Ou encore ceux des "Reyndersiens" Daniel Bacquelaine (à la Santé ?) ou de Jean-Luc Crucke, de Denis Ducarme (on connait son attrait pour les questions de Défense), de David Clarinval (le monsieur "Energie" du MR), de Jacqueline Galant (en pointe sur les questions d'immigration), de Vincent De Wolf ou de Damien Thiery (en tant que Bruxellois de service ?) Il faudra également tenir compte des équilibres internes au parti, entre "Micheliens" et "Reyndersiens". Voire du bilinguisme... Au final, plus d'appelés, que d'élus. 

 

Himad Messoudi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK