UE: le candidat hongrois à la Commission retoqué par le Parlement

Commission Juncker: le candidat hongrois retoqué par le Parlement
Commission Juncker: le candidat hongrois retoqué par le Parlement - © Belga

Le conservateur hongrois Tibor Navracsics a été retoqué lundi par le Parlement européen pour assumer les fonctions de commissaire à l'Éducation, la Culture et la Citoyenneté, payant les dérives de l'autoritarisme de Budapest, a-t-on appris de sources parlementaires.

On savait que l’ancien ministre du gouvernement de Viktor Orban connaîtrait quelques soucis. Il avait été secoué par les députés lors de son audition la semaine dernière mais il s’était bien défendu. Pas assez, pourtant, aux yeux des parlementaires qui lui avaient demandé de confirmer par écrit qu’il prenait ses distances avec la politique autoritaire du premier ministre Orban. Mais à nouveau, aux yeux des députés, l’homme n’a pas convaincu, et les députés n’en veulent pas à ce poste très lié aux questions citoyennes.

Embarrassant pour Juncker

Que peut faire maintenant le président Juncker ? Il a plusieurs solutions. La première est de ne rien faire. Après tout, cette décision des députés n’est qu’un signal envoyé à Jean-Claude Juncker pour signaler que l’Assemblée ne veut pas du Hongrois à ce poste-là. Mais le vrai vote, le seul qui compte, aura lieu le 22 octobre. Et là, les députés pourront uniquement adouber ou rejeter toute l’équipe de la Commission. Pas question de rejeter un seul nom, le Luxembourgeois peut faire le pari que les députés n’oseront pas rejeter toute la Commission. Mais il peut aussi se dire que le commissaire hongrois ne pourra pas travailler pendant cinq ans avec une telle opposition au Parlement.

Soit il enlève au Hongrois les questions les plus sensibles, liées à la citoyenneté européenne, soit il lui enlève carrément ce portefeuille pour lui en attribuer un autre. Cela peut aider Jean-Claude Juncker si d'autres commissaires suscitent aussi la méfiance des députés.

Quoi qu'il en soit, les députés rendront l’ensemble de leurs avis d’ici la fin de la semaine, Jean-Claude Juncker pourra alors évaluer la solidité de son équipe actuelle.

RTBF avec le soutien de Euranet Plus, le réseau des radios européennes

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK