RTBFPasser au contenu

Le rapport de la commission de réforme des pensions suscite un vif débat

Selon la commission, le système actuel doit être réformé en profondeur, via notamment l'introduction d'un système à points et l'allongement de la carrière.

"La commission souligne clairement que le système de pension est un contrat social qui vaut pour tout le monde, jeunes et vieux, actifs et pensionnés. Il est donc important qu'un débat de société ait lieu car une réforme ne peut réussir que si elle est suffisamment soutenue. Ensuite, ce sera à la nouvelle majorité au Parlement à prendre des décisions claires afin de renforcer la durabilité financière et sociale du système de pension belge", ont déclaré les deux ministres libéraux.

"Irrecevable" pour le PS

Le PS a qualifié d'"irrecevable" le rapport présenté lundi par la commission de réforme des pensions, appelant à une modification "en profondeur" du système actuel.

"Le PS prend acte de la sortie du rapport des experts de la commission pensions instituée par les ministres De Croo et Laruelle. Après une première lecture, les préoccupations du PS rejoignent celles du front commun syndical", souligne le parti socialiste.

Selon ce dernier, "le rapport des experts est irrecevable à partir du moment où il détaille très précisément comment mettre à contribution les travailleurs alors que les efforts à réaliser par les employeurs et les détenteurs de capital ne sont que vaguement évoqués." Pour Paul Magnette, "des propositions telles que le recul de l'âge de la retraite à 67 ans ou la baisse des pensions des travailleurs du service public (via une révision de leur mode de calcul) ne constituent pas des bases de travail raisonnables." "Il est nécessaire d'associer les partenaires sociaux en amont de toute réflexion sur l'avenir des pensions et d'y intégrer des propositions relatives à la création d'emploi et à la mise à contribution des revenus du capital afin de mettre en place un modèle durable, juste et accepté par tous", conclut le PS.

Inquiétudes du côté syndical

"Bien que présentée comme une réforme basée sur l'idée d'un contrat social, une première lecture du rapport de la commission de réforme des pensions laisse entrevoir de lourdes craintes quant à la défense des intérêts des pensionnés", a réagi lundi le front commun syndical en pointant notamment l'allongement de la durée de la carrière et de l'âge légal de la pension, l'instauration d'un système à points intégrant des corrections automatiques du niveau des pensions sur la base d'objectifs démographiques et budgétaires ou encore l'harmonisation vers le bas des pensions publiques, "autant d'éléments extrêmement préoccupants portant atteinte aux intérêts des pensionnés".

Et les syndicats de rappeler que les pensions belges sont parmi les plus basses d'Europe, 17% des pensionnés vivant sous le seuil de pauvreté. Ils s'opposent par ailleurs "à toute modification des deux balises fortes de notre système de retraite: l'âge légal, à 65 ans, et la durée de la carrière, de 45 ans en Belgique". "Toucher à ces balises constituerait un nouveau frein à l'entrée sur le marché du travail des jeunes travailleurs, alors que nous comptons plus de 600 000 chômeurs et que les annonces de restructurations se succèdent", ont-ils répété.

En outre, pour le front commun, "des possibilités de prépension doivent être laissées aux travailleurs" et le niveau de pension des salariés et des contractuels doit être revalorisé. "Le niveau de pension des fonctionnaires n'est pas trop élevé. Il est à peine dans la moyenne européenne. Il s'agit donc de revaloriser le niveau de pension des travailleurs salariés et des contractuels, trop faible, et non de s'attaquer à celui des fonctionnaires", a poursuivi le front commun.

Quant à la définition des politiques de retraite, elle "n'est pas qu'une question financière" à laisser aux mains d'experts. "Il s'agit d'un contrat social fort entre les actifs et les retraités. La déterminvif débat ation des termes de ce contrat social relève des interlocuteurs sociaux qui continueront à prendre leurs responsabilités en participant à la gestion des systèmes de retraite et en travaillant résolument à l'élaboration et au suivi des politiques de pensions".

Les organisations syndicales vont désormais prendre le temps d'analyser le rapport dans ses moindres détails et "n'hésiteront pas à réinterpeller la commission de manière à obtenir d'éventuelles clarifications", ont-elles conclu.

Le patronat salue l'appel aux réformes structurelles

Le rapport de la commission de réforme des pensions présenté ce lundi "établit clairement que des réformes structurelles approfondies sont nécessaires pour garantir la viabilité financière de notre régime de pensions. Un aspect important à cet égard est de procéder à des adaptations en vue de tenir compte de certaines évolutions telles que la démographie et l'augmentation de l'espérance de vie", a réagi la Fédération des Entreprises de Belgique.

La commission de réforme a notamment appelé à un allongement des carrières. "Le rapport démontre également que la politique des pensions doit être basée sur la répartition et la capitalisation. Pour la FEB, cela signifie une politique des pensions pour les salariés reposant sur trois piliers: la pension légale, la pension complémentaire qui demeure importante et l'épargne-pension individuelle permettant de se constituer une poire pour la soif", a poursuivi la fédération patronale. "Le nouveau gouvernement fédéral ne pourra ignorer ce rapport, car il indique une nouvelle fois que notre régime de pensions a besoin d'urgence d'une réforme fondamentale et structurelle", a-t-elle ajouté.

Quant à l'Union des Classes moyennes (UCM), elle a elle aussi salué la publication du rapport qui "doit servir de base à une réforme d'envergure du mode de calcul des retraites en Belgique. Cette réforme indispensable doit non seulement assurer la pérennité du système, mais aussi l'améliorer". "Il faut garantir à chacun, malgré le vieillissement, une pension digne et proportionnelle au travail fourni durant sa carrière, quel que soit le statut", a conclu l'UCM.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK