Fusillade au Musée juif: le rappel des faits

Les coups de feu avaient été entendus un peu avec 16 heures.
Les coups de feu avaient été entendus un peu avec 16 heures. - © FEDERAL POLICE - BELGA

L'attaque au musée juif de Belgique a fait 3 morts et un blessé grave. C'était samedi dernier, il y a 8 jours. Les autorités ont très vite lancé un appel à la population et des images de caméras de surveillance ont été diffusées.

Le samedi 24 mai, tous les yeux étaient rivés sur le méga scrutin du lendemain et les rues de Bruxelles vibraient aux mélodies du Jazz Marathon. Des coups de feu ont soudainement retenti dans le quartier chic du Sablon. "Je travaille dans une agence immobilière pas très loin de là et j'ai entendu des coups de feu vers 15h45, raconte un témoin. Je n'avais d'ailleurs pas identifié cela comme étant des coups de feu, parce que c'est tout à fait inhabituel dans le quartier."

La surprise a rapidement fait place à l'effroi: un homme a tué de sang-froid un couple d’Israéliens et une Française de 67 ans, bénévole dans le musée juif où s'est déroulée l'attaque. Ils ont été touchés "au visage ou au niveau de la gorge". Un jeune réceptionniste est également touché, il est toujours hospitalisé à l'heure actuelle et son pronostic vital est toujours engagé.

Un porte-parole des pompiers de Bruxelles a déclaré que le tireur avait garé sa voiture devant le musée, s'était engouffré dans l'édifice et avait ouvert le feu. Une fois sa voiture garée en double file, l'homme, qui portait "un sac noir", ouvrait rapidement le feu dans le hall d'entrée, puis dans les salles du musée, selon des témoins.

La police a bouclé le quartier, ce secteur touristique très fréquenté proche de la Grand-Place. Un homme que des témoins ont vu quitter les lieux au volant d'une voiture était interrogé dans la soirée, mais les autorités ne sont pas certaines qu'il soit impliqué. "Le lien entre cette personne et l'incident n'est pas clair. La personne admet avoir été présente", a alors déclaré une porte-parole des procureurs, Ine Van Wymersch.

Cette piste ne révèle finalement rien. Le tueur a réussi à prendre la fuite, mais ses actes ont été enregistrés par vidéosurveillance. À l'aide des images, le parquet fédéral lance, dès le dimanche des élections (25 mai), un appel à témoins pour tenter de retrouver l'individu.

On y voit l'homme, au visage peu discernable sous une casquette et derrière des lunettes, contourner les corps, floutés, des deux Israéliens qu'il vient de tuer, puis s'avancer vers la porte de la réception dans l'embrasure de laquelle on le voit tirer avec son arme avant de prendre la fuite d'un pas rapide mais sans panique. Décrit par la police comme "athlétique" et de corpulence moyenne, il est âgé d'une trentaine d'années, selon un témoin.

Les hommages rendus aux victimes se sont multipliés. Devant le musée juif, catholiques, athées et musulmans sont présents: cette fusillade a suscité une grande émotion, bien au-delà du pays et de la communauté juive.

Catherine Tonero

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK