RTBFPasser au contenu
Rechercher

Ukraine: le G7 s'apprête à prendre de nouvelles sanctions contre Moscou

"Nous avons maintenant convenu d'imposer rapidement des sanctions supplémentaires contre la Russie", affirme ce communiqué publié à Séoul.

"Etant donné l'urgence de garantir l'opportunité d'un vote démocratique pacifique et couronné de succès le mois prochain lors de l'élection présidentielle ukrainienne, nous nous sommes engagés à agir d'urgence pour intensifier les sanctions ciblées et les mesures pour renchérir le coût des actions russes", poursuit le communiqué du G7.

Quelles sanctions ?

Les sanctions qui pourraient être imposées dès lundi contre la Russie dans la crise ukrainienne pourraient viser des personnes haut placées dans les secteurs de l'énergie et de la banque, a déclaré samedi le conseiller adjoint à la sécurité nationale américaine, Ben Rhodes, à bord de l'avion du président Barack Obama entre la Corée du Sud et la Malaisie. Il a précisé que les sanctions ne seraient pas imposées ce week-end.

Le responsable américain a affirmé que s'en prendre "aux individus qui contrôlent une large partie de l'économie russe" aurait un puissant impact sur l'économie de la Russie.

Il s'exprimait après que le G7 des pays les plus industrialisés a décidé d'imposer rapidement de nouvelles sanctions contre la Russie qui, selon un haut responsable américain, "seront coordonnées et complémentaires, mais pas nécessairement identiques".

Ben Rhodes a évoqué un "éventail de sanctions" qui "nous permet d'accroître la pression" si la situation s'aggravait. Il a reconnu que, au sein du secteur privé, "il existe un malaise sur les conséquences économiques de sanctions sur une grande économie comme la Russie."

Une retenue exemplaire de la part de Kiev

Ce communiqué salue la "retenue" avec laquelle le nouveau gouvernement de Kiev a agi face aux hommes armés pro-russes qui se sont emparés de bâtiments officiels dans l'est de l'Ukraine.

"En revanche, la Russie n'a entrepris aucune action concrète pour mettre en œuvre l'accord de Genève", déplore le communiqué. "Elle n'a pas soutenu publiquement l'accord, et n'a pas condamné non plus les actions des séparatistes qui cherchent à déstabiliser l'Ukraine, pas plus qu'elle n'a appelé les militants armés à quitter pacifiquement les bâtiments du gouvernement qu'ils occupent et à déposer les armes".

"Au lieu de cela, elle a continué à exacerber les tensions avec un discours toujours plus préoccupant et des manœuvres militaires menaçantes à la frontière de l'Ukraine", affirme le communiqué. "Nous réitérons notre ferme condamnation de la tentative illégale de la Russie d'annexer la Crimée et Sébastopol, que nous ne reconnaissons pas".

"Nous allons maintenant mener à leur terme les conséquences pratiques et juridiques de cette annexion illégale, y compris mais pas seulement aux niveaux économique, commercial et financier".

Les avions russes continuent de survoler l'Ukraine

Pendant ce temps, des avions russes sont entrés dans l'espace aérien de l'Ukraine "à plusieurs reprises" au cours des dernières 24 heures, a affirmé vendredi un porte-parole du Pentagone, alors que la situation sur place reste très tendue.

"Je peux confirmer qu'à plusieurs reprises durant ces dernières 24 heures des avions russes ont pénétré dans l'espace aérien ukrainien", a indiqué le colonel Steven Warren. "Nous appelons les Russes à prendre immédiatement des mesures pour faire baisser la tension".

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK