Le parcours d'intégration wallon est sur les rails

Les étrangers arrivant en Wallonie pourront suivre des cours de langue ou de civisme
Les étrangers arrivant en Wallonie pourront suivre des cours de langue ou de civisme - © AFP PHOTO / CHRISTOF STACHE

Les étrangers qui arrivent sur le sol wallon devront désormais suivre un parcours d'intégration. Après de longs débats parlementaires et ministériels, le Gouvernement wallon a adopté les modalités qui seront imposée désormais à ceux qu'on appelle les "primo-arrivants". Peu d'obligations en réalité. Il s'agit plutôt de conseiller et de guider ces personnes qui s'installent en Wallonie afin de faciliter leur intégration.

Le primo-arrivant qui débarque sur le territoire wallon aura une seule réelle obligation : se présenter aux guichets de l’un des huit centres régionaux d’intégration déjà en place, pour un entretien personnalisé portant sur ses droits et devoirs.

Il y recevra du soutien pour ses démarches administratives. Il pourra aussi faire le point sur ses capacités en français, sur ses compétences professionnelles et sa connaissance de nos institutions. Et si des lacunes apparaissent, des conseils d’orientation socio-professionnelle lui seront donnés pour y remédier.

Rayon "sanctions", rien ou presque. Le décret prévoit bien un régime de sanctions administratives mais uniquement pour le primo-arrivant qui ne se présenterait pas à ce module d’accueil. Pas d’obligation ni de sanction par contre pour celui qui déciderait de ne pas suivre les recommandations du centre régional d’intégration.

En fait, en optant pour une formule pas vraiment contraignante, proche du modèle bruxellois, la majorité régionale a simplement donné un cadre à ce qui existait déjà. Au grand dam de l’opposition MR qui voulait que la Wallonie s’inspire de la Flandre, plus stricte en matière d’accueil des étrangers.

Rudy Hermans

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK