Septembre sera-t-il le mois des montres connectées?

Bientôt une montre-terminal pour les smartphones.
2 images
Bientôt une montre-terminal pour les smartphones. - © LLUIS GENE - IMAGEGLOBE

En principes, plusieurs montres numériques sortiront lors du salon IFA de Berlin. Les lunettes Glass de Google pourraient donc bien se faire voler la vedette par les montres utilisées comme terminal connectées.

Car ces montres serviront un jour de terminal à nos smartphones pour communiquer sans même devoir prendre le mobile en main.  Jupiter Research estime le marché de "l'informatique portative" à 1,4 milliard de dollars en 2014.  Canalys parle de 500 millions d’unités dès 2014, mais ABI Research évoque un nombre comparable -485 millions- d’unités vendues par an d'ici 2018 seulement.

Le principe général de cette informatique portative et que les nouvelles montres IT  sont associées à un téléphone en mode sans fil pour en devenir une sorte de terminal.  Un duo rendu possible par la version 4 de Bluetooth lancée voici deux ans. Son avantage est de pouvoir associer à un smartphone des accessoires qui consomment très peu d’énergie. Et c’est précisément ce que font les nouvelles montres qui embarquent un calendrier, Facebook, Twitter et affichent les messages en tous genres. Accessoirement, ces montres donnent l’heure.

Une nouveauté? Pas tout à fait

L'idée d'une montre connectée n'est pas neuve. En 2001, IBM lançait  la WatchPad, qui permettait d’être averti de l’arrivée d’e-mails ou de contrôler une présentation PowerPoint. Le succès ne fut pourtant pas au rendez-vous.

Depuis, ce marché compte une bonne vingtaine de modèles aux technologies très différentes. Depuis la montre Torche/Porte-clef à 30 euros et la montre talkie-walkie à 90 euros en passant par des modèles récents équipés d’un Anémomètre, d’un altimètre, d’un baromètre, d’un thermomètre et d’un chronomètre. Le tout tarifé à 70 euros. Le sportif appréciera une montre suisse (swatch Innovation) qui intègre tous vos forfaits de ski dans 450 stations du monde compatibles avec ce système (50 euros). Ou encore la montre éclairée par des LED et sertie de 879 diamants 5,8 carats, vendues en trois exemplaires à peine. Mais tout cela relevait de l’artisanat.

Sur le papier, la montre la plus complète semble être la "Hot Watch" qui transforme une main en téléphone. Le prototype présenté par PH Technical Labs cache un haut-parleur et son micro est intégré dans le bracelet qui oriente le son vers le pavillon de l’oreille  lorsque l’utilisateur courbe légèrement sa main sur son pavillon. Un système de reconnaissance gestuelle permet aussi de rejeter un appel d’un simple geste du poignet tandis qu’un claquement de mains peut expédier un mail. Effet garanti dans un bus ou durant une réunion de travail. Et pour éviter un oubli, la montre se signalera à son propriétaire s’il s’éloigne trop du téléphone. Multi-plateforme, la montre Hot Watch n’est pas encore commercialisée.

Les montres de la rentrée 

Mais les plus attendus en septembre sont les poids lourds de l’IT : Apple, Samsung, Google, Sony et Citizen.

A commencer par l’iWatch de Apple que l’on avait d’abord annoncé pour la fin de l’année prochaine et que la rumeur promet maintenant pour le 10 septembre. Mais la rumeur adore Apple.

On nous annonce qu’elle sera capable de mesurer le taux de glucose dans le sang et la cardio-fréquence tout en prodiguant des conseils pour perdre du poids. Elle pourrait se présenter avec un écran flexible et se rechargerait automatiquement par énergie cinétique (les mouvements de son propriétaire). Un signe : Apple vient de racheter la jeune société, Passif Semiconductor, spécialisée dans les nano-puces à très basse consommation, notamment dans le domaine de puces radio pour le Bluetooth Low Energy du Bluetooth 4.0.

Vient ensuite la "smartwatch" de Google. Bien sûr elle fonctionnera sur Android, et devrait, permettre de téléphoner, surfer, liker, twitter... Selon le brevet déposé, l’écran tactile serait amovible et équipé d'un appareil photo. La première montre connectée annoncée avec certitude sera la SmartWatch de Sony.

Cette deuxième mouture équipée d'un écran tactile carré, permettra de consulter ses e-mails, ses SMS, son agenda ou encore (Walkman oblige) d'écouter de la musique.

Il suffit de "cliquer" du doigt pour lancer chaque application. Sur la version définitive, 200 mini-programmes, jeux et autres applications dédiés devraient être proposés aux utilisateurs. Citizen a sorti une montre identique à 110 euros.

 "Galaxy Gear " pour Samsung

Echaudé par ses procès à répétition avec Apple,  Samsung a protégé le design (l’aspect) de sa montre qui arborerait un écran flexible s’enroulant autour du poignet. Samsung refuse de livrer une date de sortie, mais beaucoup parient sur le 4 septembre, lors de l’ouverture du Salon IFA.

Ajoutons, sans même être complet, que des Américains ont développé la montre Pebble à l’autonomie révolutionnaire (une semaine) et l " I'm Watch " italienne dotée d’un haut-parleur.

Le nombre des constructeurs lancés sur ce marché (on parle même de Microsoft) est sans doute indicatif des enjeux commerciaux de la nouvelle montre connectée. Le premier à sortir la bonne tocante IT peut espérer s’arroger un buzz mondial… et des ventes en conséquence.

Jean-Claude Verset

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK