Tout le Baz'Art de Nabil Ben Yadir suivi de son Doc "Le pavillon des douze"

Tout le Baz'Art de Nabil Ben Yadir suivi de son Doc "Le pavillon des douze"
2 images
Tout le Baz'Art de Nabil Ben Yadir suivi de son Doc "Le pavillon des douze" - © Tous droits réservés

Alors que son dernier film "Dode Hoek" est à l'affiche, Hadja Lahbib est partie sur les traces du réalisateur Nabil Ben Yadir. Et un doc suit Claude François qui est allé à la découverte de tableaux sans se préoccuper de leur notoriété. Il les a rassemblés dans un florilège intitulé "Le pavillon des douze", un musée personnel dont le parcours n'est balisé que par le coup de coeur. Sur La Trois le jeudi 16 février à partir de 22h20. 1ère diffusion sur Arte le dimanche 05 février à 17h..

En trois films seulement, " Les barons ", " La grande marche ", et cette année " Dode Hoek " (Angle mort), Nabil Ben Yadir s'est créé une place à part et incontournable dans le paysage cinématographique franco-belge. Il donne rendez-vous à Hadja Lahbib à Molenbeek, sa terre natale, au café " Le phare ", là où il écrit ; puis à la Maison des femmes pour une rencontre avec sa mère, Mokhtaria, qui l'a initié au cinéma.

 

Le Doc de Tout le Baz'Art : Le pavillon des douze de Claude François

Douze tableaux, issus des musées de Wallonie et de Bruxelles ; douze poètes de la Fédération Wallonie-Bruxelles de Belgique : Claude François s'est créé son musée imaginaire, le pavillon des douze, le temps d'un documentaire ludique, mais qui va loin ; et nous administre au passage une leçon magistrale : on peut parler d'art sans emmerder son monde. Il a été bien aidé, cornaqué par les conservateurs et conservatrices qui ont attiré son œil sur des œuvres méconnues ou non : Félicien Rops côtoie Gilberte Dumont, Théo Van Rijsselberghe Cécile Douart. Et pour les poètes, c'est pareil, à côté des mots de Caroline Lamarche et de Guy Goffette, résonnent ceux de Pierre Puttemans et Jacques Kéguenne. Dans ce kaléidoscope aucune thématique, le film balaie toutes les époques, tous les styles, tous les genres. Aucune caméra : tout part des photos de Jean-Pierre van der Elst infographiées d'après un story-board précis qui donne littéralement vie à chaque tableau ; sans oublier les surprenantes apostilles visuelles du collagiste André Stas pour passer d'un tableau et d'un poème à l'autre. " Le pavillon des douze ", un musée imaginaire qui vaut douze fois le détour.

Newsletter TV

Recevez chaque jeudi toute l'actualité de vos personnalités et émissions préférées.

OK